Sci-tech
URL courte
0 15
S'abonner

Un système permettant de jouer aux jeux vidéo à l'aide de morceaux de pommes de terre a été créé par un utilisateur de YouTube.

L'utilisateur de YouTube Boom Robotater (c'est un pseudo) a publié une vidéo sur laquelle il joue au célèbre jeu The Elder Scrolls V: Skyrim. Au lieu de manettes de jeu ordinaires, il utilise une "manette à base de pommes de terre".

Ce système contient 12 morceaux de pommes de terre, lui permettant de jouer à des jeux vidéo. Il a connecté les morceaux de patates à la plateforme MaKey MaKey qui permet de créer une manette de jeu à partir de n'importe quel objet électro-conducteur.

Cependant, on voit bien sur cette vidéo qu'une telle manette de jeu n'est pas très performante pour jouer à The Elder Scrolls V: Skyrim en raison d'un manque de réactivité. Mais ces bouts de pommes de terre peuvent être utilisés pour des jeux plus faciles.

Toutefois, il est douteux que cela puisse être utilisé pour participer aux activités liées aux sports électroniques, qui sont d'ores et déjà un segment du marché évalué à plusieurs centaines de millions de dollars.

Auparavant, des chercheurs américains avaient démontré que les tomates pouvaient servir de base pour une source chimique de courant.

Les déchets organiques industriels sont largement utilisés en tant que source d'énergie. En 2007, 54 milliards de litres de biocarburant ont été produits dans le monde. Ce sont les Etats-Unis et le Brésil qui occupent les positions de leader dans ce domaine, en produisant de l'éthanol à partir de la matière organique. D'après certains experts, la cessation de la production de biocarburant ferait monter de 15% les prix du pétrole et de l'essence.

Lire aussi:

L’Université Olympique à Sotchi comme héritage humanitaire des Jeux Olympiques (Vidéo)
Un hacker de 12 ans pirate des sites officiels en échange de jeux vidéo
Les jeux vidéo feront oublier la douleur aux soldats britanniques
Tags:
jeux vidéo, invention, légumes, informatique, Internet, YouTube
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook