Sci-tech
URL courte
11614
S'abonner

L'absence de signaux extraterrestres et de traces visibles de vie dans l'espace qui nous entoure indique que la vie intelligente se trouve à au moins 1 500 années-lumière de la Terre et ne sera pas retrouvée avant cette période, ont déclaré les astronomes lors de la réunion annuelle de l'Union américaine d'astronomie.

"Nous n'avons toujours pas rencontré ou appris l'existence d'extraterrestres parce que l'espace est immense. Nous n'entendrons jamais quoi que ce soit de leur part, mais s'ils existent un tel contaсt pourrait être établi dans 1 500 ans. Nous n'affirmons pas que nous établirons forcément un contact avec eux ou que l'absence de ce contact témoignera de la solitude de l'humanité dans l'univers. Nous disons simplement qu'avant cela il est peu probable que nous apprenions quoi que ce soit sur l'intelligence extraterrestre", a déclaré Evan Solomonides de l'université Cornell d'Ithaca (USA).

Où sont passés les extraterrestres

Il y a plus d'un demi-siècle, l'astronome américain Frank Drake a élaboré une formule pour calculer le nombre de civilisations dans la galaxie avec lesquelles un contact serait possible, en essayant d'évaluer les chances de découvrir une vie et une intelligence extraterrestre.

Le physicien Enrico Fermi, en réponse à l'évaluation relativement élevée des chances de contact interplanétaire selon la formule de Drake, a formulé une thèse connue aujourd'hui comme le paradoxe de Fermi: si les civilisations extraterrestres sont si nombreuses, pourquoi l'humanité n'en observe aucune trace?

Les chercheurs ont tenté de résoudre ce paradoxe par différentes méthodes, dont la plus populaire est l'hypothèse de la Terre rare, stipulant que des conditions uniques sont nécessaires pour la naissance de la vie et l'apparition d'être dotés d'intelligence, qui reproduiraient au fond les péripéties d'évolution de notre planète. Le concours de millions de circonstances est peu probable, c'est pourquoi nous n'avons toujours pas vu d'extraterrestres, estime son auteur Peter Ward.

Evan Solomonides et son collègue Yervant Terzian proposent une explication alternative au paradoxe de Fermi, en calculant combien de planètes en dehors du système solaire auraient pu capter les signaux émis par la civilisation humaine.

Selon les scientifiques, l'humanité est "sortie" dans l'espace bien avant le vol d'Iouri Gagarine et l'envoi des premiers satellites grâce à l'apparition de la télévision et de la radio, dont les ondes étaient émises par des antennes du monde entier non seulement sur toute la planète, mais aussi dans l'espace. La première de ces retransmissions, selon les astronomes, était potentiellement le discours d'Adolf Hitler à l'ouverture des JO 1936 de Berlin. Si des extraterrestres nous retrouvaient, sa voix serait la première qu'ils entendraient.

La sphère de communication interstellaire

Etant donné que le rayonnement électromagnétique se disperse à la vitesse de la lumière, on peut dire que les signaux de la Terre devaient atteindre des planètes dans un rayon de 80 années-lumière par rapport à notre planète.

Evan Solomonides et Yervant Terzian ont tenté de calculer combien de mondes se trouvent dans ce rayon et quelle part d'entre eux pourrait être habitable. Dans leurs calculs, les chercheurs se référaient au principe de médiocrité — antipode de l'hypothèse de la Terre rare, disant que les conditions sur notre planète étaient parfaitement banales et devraient être rencontrées partout dans notre galaxie.

L'Univers
© Photo / ESO/J. Emerson/VISTA. Acknowledgment: Cambridge Astronomical Survey Unit
D'après ces calculs, très peu d'étoiles se trouvent dans cette "zone de communication" — moins d'un millième de pour cent de leur nombre total dans la galaxie (près de 9 000 étoiles), et encore moins de planètes — environ 3 000 analogues de la Terre et très peu de planètes habitables. Leur nombre, selon les auteurs, est clairement insuffisant pour obtenir des estimations plus ou moins précises du nombre de civilisations dans la Voie lactée et pour expliquer le paradoxe de Fermi.

L'humanité obtiendra les premières estimations réalistes et la possibilité de contacter les extraterrestres, selon Evan Solomonides et Yervant Terzian, dans 1 500 ans seulement, quand cette "sphère de communication" couvrira au moins près de la moitié des étoiles de la galaxie. Dans ce cas, l'humanité soit établira un contact avec l'intelligence extraterrestre, soit aura de bonnes raisons de penser qu'elle n'existe pas.

Il est à noter que le pronostic des auteurs de l'article est très optimiste — leurs calculs s'appuient sur la supposition selon laquelle toute la vie dans l'univers deviendra en fin de compte intelligente et ne disparaîtra pas avant l'acquisition de l'intelligence suite à une extinction ou une catastrophe. Il est fort probable que le nombre de civilisations soit largement inférieur, et que la période d'ici un contact avec elles soit bien plus longue que ne le supposent Evan Solomonides et Yervant Terzian.

Lire aussi:

De la vie sur cette planète de craie "croquée" par une naine blanche?
Les 10 accidents spatiaux les plus impressionnants
Le robot-télescope ouralien permettra de voir "au-delà du bout de l'Univers"
Ces vastes tempêtes de poussière qui s’abattent sur Mars
Tags:
extraterrestres, espace
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook