Ecoutez Radio Sputnik
    Stonehenge

    La raison d'être de Stonehenge enfin retrouvée?

    © Flickr/ Alex Ranaldi
    Sci-tech
    URL courte
    10165
    S'abonner

    Deux chercheurs ont réussi à éclairer notre lanterne sur la finalité de Stonehenge, le plus célèbre des monuments mégalithiques du Royaume-Uni.

    Les anciens Gallois auraient utilisé Stonehenge en tant que calendrier solaire et lunaire. Du moins, c'est ce qu'estiment l'expert-constructeur britannique Lloyd Matthews et l'historien indépendant canadien Joan Rankin.

    Au terme d'une recherche qui a duré trois bonnes années, les scientifiques ont minutieusement étudié les gravures sur pierre qui ornent trois des mégalithes, ainsi que 56 fossés disposées autour du monument.

    Ces fossés, poursuivent les chercheurs, auraient été utilisées à l'époque pour décompter les jours de l'année. En outre, si on effectue six tours et demi autour du monument, on obtient le chiffre 365, ce qui correspond parfaitement au nombre de jours dans une année, ajoutent-ils.

    D'après certains spécialistes en la matière, un tel calendrier aurait favorisé le développement d'une société civile, les peuples anciens alignant l'ensemble des travaux agricoles et horticoles sur les cycles lunaire et solaire.

    Stonehenge ("pierres debout", en vieil anglais) est un des alignements de menhirs les plus importants au monde. Ce temple de pierres aurait été édifié entre 3.000 et 2.300 ans avant Jésus-Christ, mais le mystère reste entier sur la manière dont les mégalithes ont été transportés, érigés et alignés avec les mouvements du soleil.

    Classé au patrimoine mondial de l'Unesco en 1982, ce site attire plus d'un million de visiteurs par an.

    Les résultats de la recherche en question ont été publiés sur le site Ancient origins.

    Lire aussi:

    Pourquoi a-t-on déplacé Stonehenge?
    Le mystère de la construction de Stonehenge enfin percé?
    Un blaireau-archéologue a retrouvé des reliques près de Stonehenge
    Tags:
    calendrier, menhirs, mystère, monuments culturels, science, archéologie, Stonehenge, Joan Rankin, Lloyd Matthews, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik