Ecoutez Radio Sputnik
    Les scientifiques font bouger un squelette humain avec des muscles artificiels

    Les scientifiques font bouger un squelette humain avec des muscles artificiels

    © Photo. capture d'écran / YouTube, Suzumori Endo Robotics Laboratory
    Sci-tech
    URL courte
    0 59

    Les chercheurs japonais ont fait bouger un modèle du squelette humain en utilisant des muscles artificiels.

    Un groupe de robotistes japonais du Laboratoire de la robotique Suzumori Endo à l'Institut de Technologie de Tokyo a réalisé une véritable percée scientifique. Ils ont réussi à faire bouger un modèle du squelette humain tout en utilisant des muscles artificiels uniques.

    Ils ont commencé avec un squelette humain artificiel. Les chercheurs ont ensuite couvert le squelette de muscles artificiels multifilaments qui se contractent sous l'influence des impulsions électriques comme de vrais muscles, informe le site Gizmodo.

    En envoyant les commandes appropriées aux différents groupes de muscles, les chercheurs ont réussi à faire en sorte que le squelette simule les mouvements du corps humain. Ils sont parvenus à faire bouger les bras et les jambes, ainsi que la mâchoire inférieure.

    Bien que le squelette reproduise précisément les mouvements des jambes, il ne peut pas marcher sans appui supplémentaire, car les muscles artificiels se contractent plus lentement que les muscles humains, ce qui ne permet pas de maintenir l'équilibre nécessaire.

    Toutefois, la technologie sera certainement améliorée et les mouvement  du squelette devraient devenir de plus en plus précis et plus naturels, ce qui rendra les futurs robots plus humains.


    Lire aussi:

    Le robot-apocalypse menace-t-il l'humanité?
    La 1ere exécution d'un criminel par un robot fait polémique aux USA
    Un robot-salamandre bientôt dans toutes les forêts?
    Un robot-avocat plaide 160.000 causes avec succès
    Tags:
    chercheurs, technologies, science, robots humanoïdes, robotique, robot, Institut de Technologie de Tokyo, Tokyo, Japon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik