Sci-tech
URL courte
0 36
S'abonner

En 2014, le monde entier a "kiffé" le Ice Bucket Challenge, un défi qui invitait des millions de gens à se verser un seau d'eau glacée sur la tête. Deux ans après, le défi a permis de faciliter la recherche sur la maladie de Charcot.

Ceux qui se sont trempés d'eau glacée, dont Bill Gates et Donald Trump, n'ont pas fait ça pour rien: les fonds récoltés par le Ice Bucket Challenge (115 millions de dollars) ont permis aux chercheurs de découvrir deux nouveaux gènes à l'origine de la maladie de Charcot, appelée également sclérose latérale amyotrophique (SLA), une maladie qui attaque des neurones du cerveau et de la moelle épinière.

Un groupe de scientifiques de l'Université de Massachusetts a en effet annoncé que l'argent perçu avait permis d'identifier deux nouveaux gènes liés à la maladie de Charcot, les gènes NEK1 et C21orf2.

Ces gènes responsables de la maladie neurodégénérative peuvent potentiellement aider les scientifiques à trouver un traitement. Le NEK1 prédispose à la sclérose latérale amyotrophique tandis que le C21orf2 est lié au risque de SLA. Pour le moment, aucun traitement n'existe pour y remédier.

Le NEK1 est un gène mutant que les scientifiques ont identifié parmi 3% des cas de SLA. Il semble être impliqué dans un grand nombre de fonctions dans le corps.

Au total, plus de 17 millions de vidéos ont été tournées pendant le buzz sur le défi pratiqué par de nombreuses célébrités, comme Justin Timberlake,Lady Gaga et Mark Zuckerberg. 

 

Lire aussi:

Le Ice Bucket Challenge : douche glacée pour les stars
Vers la résurrection des mammouths? Les travaux sur le clonage lancés
L'indo-européen, une langue sans locuteurs? Plus maintenant!
Au moins six morts dans une fusillade en Allemagne
Tags:
recherche, défis, Ice Bucket Challenge, Donald Trump, Bill Gates, Barack Obama
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik