Ecoutez Radio Sputnik
    Cellules souches

    Des chimères humaines bientôt créées aux États-Unis?

    © Fotolia / Alexander Raths
    Sci-tech
    URL courte
    16118
    S'abonner

    Le département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis compte lever son véto sur le croisement génétique entre les cellules souches humaines et celles des embryons d’animaux, rapportent les National Institutes of Health (NIH).

    Le département américain de la Santé et des Services sociaux envisage de donner le feu vert aux expériences visant à créer des chimères, hybrides génétiquement modifiés qui associent les caractéristiques de quelques spécimens distincts, y compris celles d'un être humain.

    Cependant, certaines restrictions resteront toujours en vigueur: notamment, il sera strictement interdit d'implanter des cellules souches humaines à des embryons d'animaux à un stade avancé de développement. Des comités de surveillance spéciaux veilleront au respect de ces principes, précisent les NIH.

    Il est à noter que la proposition des NIH devra être soumise à une ronde de consultations publiques avant d'entrer définitivement en vigueur. Cela veut dire que le règlement du gouvernement américain en la matière ne sera pas modifié avant l'automne prochain, au plus bas mot, écrit le New York Times.

    L'implantation de cellules souches d'origine humaine dans l'organisme d'un animal de laboratoire constitue l'une des questions litigieuses de la médecine moderne. Très prometteuses à bien des égards, ces expériences soulèvent toujours des débats acharnés, chaque fois que l'aspect éthique d'une telle procédure est mis en question.

    Lire aussi:

    Des scientifiques japonais ont synthétisé des poils de cellules souches
    Un cœur neuf créé à partir de cellules souches de peau humaine
    Cellules souches: la bourde du président serbe
    Tags:
    cellules souches, médecine, NIH, département américain de la Santé et des Services sociaux, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik