Ecoutez Radio Sputnik
    L’homme de Néandertal aurait disparu à cause de la fumée

    L’homme de Néandertal aurait disparu à cause de la fumée

    © AFP 2019 PIERRE ANDRIEU
    Sci-tech
    URL courte
    1227
    S'abonner

    Des maladies dues à une intolérance au feu pourraient être à l’origine de la disparition des néandertaliens.

    Les néandertaliens étaient trop sensibles aux émanations du bois et du charbon en feu, annoncent des chercheurs de l'Université de Pennsylvanie.
    Le genre Homo réunit non seulement l'Homo Sapiens mais aussi d'autres espèces moins connues comme l'Homo Neanderthalensis et l'Hominidé de Denisova. Toutefois, seul l'Homo Sapiens a réussi à évoluer et à ne pas disparaître.

    Les substances formées lors de la combustion du bois, du charbon, de produits pétroliers, du tabac ou d'aliments amènent à la formation d'hydrocarbures aromatiques polycycliques, benzopyrène et naphtalène compris, dont l'organisme des néandertaliens s'efforçait de se débarrasser grâce à des enzymes qui oxydent les substances étrangères.

    Le problème de l'homme de Néandertal est que l'utilisation de ces hydrocarbures produit des molécules extrêmement dangereuses qui provoquent des difficultés dans la réplication de l'ADN. En outre, selon le professeur Troy D. Hubbard et ses collègues, l'organisme des néandertaliens était rempli de ferments oxydants nuisibles à leur santé.

    Il est évident que le feu a été un élément clé dans la vie de deux genres d'Homo, Neanderthalensis et Sapiens, mais ce dernier a été bien plus résistant aux émanations du feu lors des processus de mutation et il a survécu.

    Un autre fondement majeur, proposé par les biologistes et les anthropologues, explique ce phénomène par la disparition de l'homme de Néandertal suite aux cataclysmes climatiques en finissant par l'hypothèse d'assimilation, prouvée par la présence de traces génétiques néandertaliennes dans le génome de l'homme néanthropien.

    De fait, l'homme moderne subit l'impact des hydrocarbures aromatiques polycycliques de manière si forte que l'on puisse avoir pitié pour l'homme de Néandertal.

    Lire aussi:

    Ces cruels cannibales belges de Neandertal
    Mariage voué à l’échec: quand une Cromagnonne rencontre un Néandertalien
    Tags:
    évolution, hydrocarbures, fumée, homme de Neandertal, Homo sapiens, Université de Pennsylvanie, Troy D. Hubbard, Pennsylvanie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik