Sci-tech
URL courte
11572
S'abonner

Des chercheurs de l’Université d’Oxford et d’universités néerlandaises ont retrouvé grâce à la technique de visualisation un ancien manuscrit datant de l’époque de l’Amérique précolombienne.

A en croire les chercheurs, il s'agit en fait d'inscriptions cachées pendant environ 500 ans sous une couche épaisse de plâtre et de craie au dos d'un autre manuscrit, lui aussi très ancien, le Codex Selden, soigneusement gardé à la bibliothèque bodléienne de l'Université d'Oxford.

Ce manuscrit "secret", poursuivent les scientifiques, a été découvert à l'aide du sondage hyperspectral, qui leur a permis de porter au grand jour les scènes pictographiques qui couvrent l'envers de ses pages.

Certaines pages du manuscrit dépeignent au moins 20 personnages dans des postures différentes, alignés tous sur le même plan. D'habitude, ce genre de scènes sert à représenter des rois et leurs conseillers, expliquent les scientifiques.

Toujours est-il que l'analyse de ces fragments démontre que parmi les personnes représentées, il y a des hommes aussi bien que des femmes, si bien que les chercheurs ne sont pas pour le moment en mesure d'éclairer davantage notre lanterne sur cet ouvrage mystérieux.

Le Codex Selden est un manuscrit mexicain d'origine mixtèque. Le codex est un compte-rendu de la généalogie de la dynastie Jaltepec du Xe jusqu'au XVIe siècle. Bien qu'il ait été achevé après l'arrivée des Espagnols dans la région des Mixtèques, il est considéré comme l'un des six codex de facture préhispanique à avoir survécu à la conquête espagnole du Mexique.

Les résultats de cette recherche ont été publiés sur le site EurekaAlert!

Lire aussi:

Le Codex sur le vol des oiseaux de Léonard de Vinci exposé à Moscou
Des gribouillages d'enfants découverts en marge d'un manuscrit médiéval
Un manuscrit médiéval annonce la date de l'Apocalypse
Voici pourquoi il vaut mieux poser votre smartphone l'écran vers le bas
Tags:
manuscrit, découverte, science, Codex Selden, Pays-Bas, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook