Sci-tech
URL courte
156
S'abonner

En 30 ans, la superficie émergée de la Terre a augmenté de 58.000 kilomètres carrés.

Le drainage artificiel de certains territoires, y compris des zones côtières, est notamment devenu un facteur plus important que la fonte des glaciers et la construction de barrages, apprend-on de la revue Nature Climate Change.

Au total, durant ces trois dernières décennies, 115.000 mètres carrés de terre se sont retrouvés sous l'eau tandis que le drainage a touché 173.000 mètres carrés de surface d'eau.

Des scientifiques ont ainsi analysé des images capturés par des satellites de la NASA. D'après leurs conclusions, l'exemple illustrant le mieux l'inondation naturelle est devenu le plateau tibétain où la fonte des glaciers a causé la formation de nouveaux lacs géants.

La mer d'Aral, qui était auparavant le quatrième lac le plus grand du monde, montre cependant les dangers du processus inverse. 

Depuis les années 1960, la mer d'Aral a commencé à s'évaporer à cause du détournement des fleuves qui l'alimentaient. A présent, la mer ne représente plus que deux lacs séparés et est presqu'entièrement asséchée.

Les chercheurs estiment qu'il est maintenant nécessaire d'évaluer l'impact de leurs observations sur le climat mondial.

Lire aussi:

Un glacier révèle le secret de la base nucléaire secrète US au Groenland
Sauver la Grande barrière de corail coûterait plus de 5 mds EUR
Les plages bientôt ensevelies sous des montagnes de sel?
Les quatre maladies qui risquent de provoquer une forme grave du Covid-19 citées par la science
Tags:
zones côtières, drainage, barrages, inondation, NASA, mer d'Aral
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook