Ecoutez Radio Sputnik
    Des médecins / image d'illustration

    Une application pour prédire les attaques cardiaques

    © Flickr/ Phalinn Ooi
    Sci-tech
    URL courte
    11271100

    Des scientifiques finlandais ont découvert qu'un rythme cardiaque irrégulier tel que la fibrillation atriale pouvait être diagnostiqué assez facilement à l'aide d'une application pour portable.

    Au cours du congrès européen des cardiologues, les scientifiques finlandais ont présenté leur rapport selon lequel il est possible de détecter un rythme irrégulier du cœur en utilisant une simple application pour smartphones. Le rapport intégral est présenté sur le site de la communauté européenne des cardiologues.

    16 patients avec une fibrillation atriale et 20 personnes saines ont pris part aux essais de l'application. Pour mettre en marche l'application, il faut approcher le smartphone de sa poitrine. Selon les résultats, l'application est capable de détecter une anomalie cardiaque dans 95% des cas.

    "La fibrillation atriale est une maladie dangereuse qui touche 2% de la population mondiale. Elle provoque chaque année sept millions d'attaques cérébrales," a déclaré Tero Koivisto, l'auteur principal de la recherche et vice-directeur du Centre des recherches technologiques de l'Université de Tartu. Il est également un des développeurs de l'application.

    "Nous avons mesuré le rythme cardiaque à l'aide du petit accéléromètre et du gyroscope qui sont déjà installés sur le smartphone. On n'a pas besoin d'autres instruments, il suffit juste de télécharger l'application qu'on a développée," a-t-il poursuivi.

    Environ 70% des attaques cérébrales qui sont causés par une fibrillation atriale peuvent être prévenues, mais la maladie demeure difficile à diagnostiquer.

    Lire aussi:

    L'application détectrice d’ennui pour smartphones est arrivée!
    Des médicaments pour vivre plus longtemps? Test passé pour les souris
    Les pandas sont contre les médicaments
    Tags:
    recherche, médicaments, médecins, application, chercheurs, Finlande
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik