Ecoutez Radio Sputnik
    Fèves de café

    Le café risque de disparaître d'ici 2080

    © Flickr/ tico24
    Sci-tech
    URL courte
    112164319

    Une vie sans tasse de café matinale vous semble un cauchemar? Ce cauchemar pourrait bien devenir réalité si le réchauffement climatique continue de gagner du terrain.

    Si vous êtes un accro du café, il est grand temps de faire des provisions. Selon un nouveau rapport du Climat Institute, un institut de recherche indépendant, d'ici 2050, la moitié des zones de culture du café pourrait être inutilisable suite à la hausse des températures et à la prolifération de champignons et de parasites.

    La disparition du café aurait un impact profond sur les 120 millions de personnes dépendantes de cette industrie dont beaucoup vivent dans les pays les plus pauvres du monde, rapporte The Independent.

    Pour quelques-uns des 70 pays producteurs dans le monde, comme le Burundi et l'Ethiopie, l'industrie du café est un véritable poumon économique.

    En outre, un réchauffement de 3 Co ou plus pourrait influencer plusieurs autres facteurs, dont la saveur du café, son prix ou sa disponibilité.

    Après une période de températures exceptionnellement élevées et des pluies en 2012, les cultures d'Amérique centrale ont été infectées par le champignon phytopathogène hemileia vastatrix. Conséquence: 350.000 ouvriers de la région se sont retrouvés sans travail.

    Le Climat Institute n'est pas le premier à sonner l'alerte sur l'avenir sombre de la fève de café. Selon un rapport récent des scientifiques britanniques des Jardins botaniques royaux de Kew, le monde est menacé d'être à court de café d'ici la fin du siècle, en raison du changement climatique et de l'agriculture intensive.

    Lire aussi:

    Un café et un beignet "Donald Trump", s.v.p!
    Toutes vos données personnelles en échange d'une tasse de café
    Le café et le thé chauds favoriseraient le cancer
    Tags:
    réchauffement climatique, climat, café, Amérique du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik