Ecoutez Radio Sputnik
    Un bibliothèque

    Un appareil capable de lire les livres fermés voit le jour

    © Photo. Fotolia/photobank.kiev.ua
    Sci-tech
    URL courte
    6153
    S'abonner

    Un mécanisme qui permet de lire les livres fermés a été inventé par les physiciens de l'Institut de technologie du Massachusetts (MIT) aux Etats-Unis.

    La technologie du rayonnement térahertz qui permet de rendre les objets examinés "transparents" rendra désormais possible de lire les livres fermés, rapporte le magazine Nature Communications.

    "Le musée de New York s'est dit intéressé par cette technologie car ils veulent dévoiler le contenu de livres antiques qu'ils ne peuvent pas toucher. En réalité, cette technologie peut être appliquée dans un grand nombre de domaines. Par exemple, certains sites utilisent la technologie Captcha qui permet de différencier de manière automatisée un utilisateur humain d'un ordinateur, mais notre algorithme est capable de contourner la plupart des Captchas", a déclaré Barmak Heshmat du MIT.

    Les ondes térahertz pourraient être utilisées pour le transfert ultra-rapide d'informations et l'observation des cellules du corps humain en temps réel. Cette technologie, une des plus prometteuses dans les recherches high-tech, permet d'examiner les objets en les rendant "transparents". Les scientifiques ont créé un scanner térahertz qui différencie les feuilles blanches de celles contenant du texte et identifie les lettres en analysant la répercussion des faisceaux téraherz. 

    Pour le moment, ce scanner permet de lire un livre de 20 pages mais les scientifiques promettent d'améliorer ses capacités et de lui apprendre à lire les couches plus profondes des livres fermés.

    Lire aussi:

    Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la sexualité des robots
    Le LSD bientôt utilisé pour soigner certaines maladies mentales?
    Le café risque de disparaître d'ici 2080
    Tags:
    technologies, rayonnement, science, livre, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik