Sci-tech
URL courte
465
S'abonner

La règle des cinq secondes est une croyance qui postule que la nourriture qui tombe au sol ne sera pas contaminée par les bactéries si elle est ramassée moins de cinq secondes après sa chute. En réalité, le nombre de bactéries est fonction du temps passé par la nourriture au sol, la règle des cinq secondes étant donc caduque.

Dans le cadre d'une expérience, les chercheurs de l'université américaine de Rutgers ont fait tomber quatre types de nourriture — pastèque, pain, sandwich au beurre, bonbon collant — sur quatre surfaces (acier inoxydable, carrelage, bois et tapis). En outre, ils variaient le temps du contact entre la nourriture et la surface — moins d'une seconde, cinq, 30 et 300 secondes.

Au total, les chercheurs ont réalisé 128 scénarios différents, dont chacun a été répété 20 fois.

D'après les résultats de la recherche, la pastèque est la plus exposée à la contamination tandis que le bonbon collant attire moins de bactéries.

"L'humidité a le plus grand impact sur le transfert des bactéries de la surface à la nourriture. Les bactéries n'ont pas de jambes, elles se déplacent avec l'eau. En outre, un contact plus long avec la nourriture, en général, entraîne le transfert d'un nombre croissant de bactéries sur n'importe quelle surface", a déclaré le responsable de la recherche Donald Schaffner.

Quant au type de surface, les bactéries mettent plus longtemps à atteindre la nourriture depuis un tapis tandis que l'acier inoxydable et le carrelage attirent le plus grand nombre de bactéries. Dans le même temps, le bois a donné des résultats variables en fonction d'autres conditions.

Lire aussi:

Des scientifiques découvrent une nouvelle saveur!
Le Petit Prince, premier livre à être édité dans la langue de Star Wars
Un appareil capable de lire les livres fermés voit le jour
La France recense le plus grand nombre journalier d’admissions en réanimation depuis début novembre
Tags:
nourriture, étude, scientifiques britanniques
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook