Ecoutez Radio Sputnik
    SpaceX Deploys 2 Communications Satellites in Orbit, Fails to Land Rocket

    Les projets martiens de Musk: un machin publicitaire

    © Photo. Youtube/Péter I. Szabó
    Sci-tech
    URL courte
    18015
    S'abonner

    Le fondateur de la société spatiale SpaceX Elon Musk a présenté mardi son projet de vol habité vers Mars et de colonisation de la planète rouge. Il a l’intention d’effectuer ce premier vol d’ici 6 ans. La colonisation demandera des vaisseaux géants embarquant des centaines de passagers, tout cela pour 200.000 dollars seulement.

    Ces projets sont-ils réalistes ou n'est-ce qu'une bulle dans le monde des affaires liées aux hautes technologies ? L'expert militaire russe Vassili Kachine, qui a commenté la situation à la demande de Sputnik, estime qu'il s'agit plutôt d'un truc publicitaire visant à supplanter la concurrence.

    Elon Musk n'a pas présenté son projet à des amateurs de science-fiction, mais lors d'un congrès d'astronautique international. Pourtant, l'unique programme de vols habités vers un autre corps céleste déjà réalisé par l'humanité, le programme Apollo, a coûté, tout compte fait, plus de 200 milliards de dollars en devises actuelles. Il était question d'envoyer sur la Lune plusieurs vaisseaux spatiaux élémentaires avec un équipage de deux hommes chacun et sans aucune visée colonisatrice. C'était un effort immense qui a mobilisé l'ensemble du potentiel financier et scientifico-technique des États-Unis dans le but de rétablir la réputation de l'Amérique en tant que leader technologique mondial, réputation qui avait été affaiblie par le lancement du spoutnik soviétique et le vol de Gagarine.

    Qu'est-ce qui a changé depuis ? L'économie a augmenté et, par conséquent, les capacités du budget (le budget des États-Unis en chiffres réels est devenu cinq fois supérieur à celui de l'époque). Des technologies nouvelles ont vu le jour. Le coût de la livraison de fret sur l'orbite de la Terre a légèrement diminué. Cependant, cette diminution n'est pas radicale. Le progrès en matière de construction de fusées n'est pas, lui non plus, radical. Acheminer un kilo de fret, même sur une orbite circumterrestre basse, coûte plusieurs milliers de dollars.

    La surface martienne
    © REUTERS / NASA/JPL-Caltech/Univ. of Arizona
    Il est évident que même un simple vol habité vers Mars avec une escale de courte durée et le retour de l'équipage sur Terre sera une mission incomparablement plus compliquée qu'un vol vers la Lune. Cependant, Elon Musk parle de colonisation et de la création sur Mars de bases relativement autonomes. Pour ce faire, il faut non seulement organiser la production de combustible, de denrées et de médicaments, mais aussi créer toute une économie industrielle en miniature. Il va de soi que la réaction de l'organisme humain à un long séjour sur Mars après le parcours spatial constitue également un problème scientifique complexe, encore étudié dans le cadre de longues expériences médicales et biologiques menées notamment en Russie et aux États-Unis.

    Il convient de noter que les résultats financiers de la société d'Elon Musk, SpaceX, sont loin d'être transparents, car il s'agit d'une société privée et non publique. Les données accessibles témoignent que la survie de SpaceX dépend de deux facteurs : le gonflement artificiel de son coût, ce qui permet d'attirer des fonds à des conditions avantageuses, et l'octroi de commandes publiques par des structures comme la Nasa et le Pentagone. La propagande y joue un rôle primordial. M. Musk présente sa société comme une « entreprise privée efficace » qui se distingue avantageusement des sociétés traditionnelles et, d'autant plus, des structures d'État, mais aussi comme une alternative aux services des pays ne faisant pas partie du monde occidental.

    Bien sûr, Elon Musk ne s'empresse pas d'introduire la société en bourse, ce qui demanderait de rendre publics ses résultats financiers. Rien ne prouve en effet que SpaceX tire des profits de ses prix de lancement extrêmement bas (4 654 dollars par kilogramme sur une orbite basse).

    Cela permet de supposer que son modèle vise à maintenir artificiellement et pendant une assez longue période des prix bas afin d'évincer les concurrents. Le vice-président de United Launch Alliance (ULA, coentreprise de Boeing et de la Lockheed Martin qui fabrique des lanceurs spatiaux) Brett Tobey a décrit un modèle de fonctionnement similaire de SpaceX dans une intervention publiée en ligne, en mars dernier (après quoi il a été licencié). Une telle stratégie peut fonctionner à long terme, mais pour bénéficier de succès il lui faut l'intérêt public et l'opinion favorable des médias. Dans ce contexte, la publicité de futurs vols vers Mars se transforme en une stratégie bien réfléchie.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Le plan de la conquête de Mars enfin dévoilé!
    Ils ont simulé la vie sur Mars en s'isolant pendant toute une année!
    Simulation de vie sur Mars: les 6 volontaires de la NASA sortent d'un an d'isolement
    Tags:
    vol spatial habité, colonisation, Apollo, SpaceX, Elon Musk, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik