Sci-tech
URL courte
26341
S'abonner

Suite aux échecs de compagnies telles que SpaceX, la NASA songe de nouveau à envoyer ses astronautes dans l'espace au moyen des Soyouz russes.

La NASA réfléchit à la possibilité d'acheter des places sur les vaisseaux spatiaux russes Soyouz afin de pouvoir acheminer ses astronautes sur la Station spatiale internationale (ISS) en 2019, annonce le site ArsTechnica.

Selon le site, cette possibilité est évoquée au sein du Centre spatial Lyndon B.Johnson, la NASA n'étant pas certaine que les compagnies américaines privées soient capables de lui livrer des vaisseaux habités. Le pessimisme des directeurs de la NASA est lié aux échecs en série de SpaceX. Les spécialistes notent que la décision d'acheter des places sur des vaisseaux Soyouz pourrait être prise en décembre, après les élections présidentielles aux Etats-Unis.

La NASA déclare ne pas avoir entamé de négociations sur ce sujet avec l'Agence spatiale russe Roskosmos, cette dernière confirmant l'information. Toutefois, des experts soulignent que la décision d'acheter des Souyouz devrait être prise à l'avance, la société de construction spatiale RKK Energuia mettant trois ans pour construire un Soyouz.

Depuis 2011, les astronautes américains ne volent vers l'ISS qu'à bord de Soyouz russes. Une place pour un astronaute coûte 81,7 millions de dollars.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

SpaceX reporte une troisième fois le lancement de Falcon 9
SpaceX s'apprête à coloniser Mars à partir de 2025
SpaceX: tirs spectaculaires
Une astronaute revient sur Terre après 11 mois dans l’espace, la réaction de son chien devient virale – vidéo
Tags:
Holding spatial russe Roscosmos, NASA, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook