Ecoutez Radio Sputnik
    Johnson & Johnson

    Les hackers, menace de mort pour les diabétiques

    © Photo. capture d`écran:Youtube
    Sci-tech
    URL courte
    0 06

    La société pharmaceutique Johnson & Johnson met en garde contre le piratage de sa pompe à insuline intelligente One Touch Ping pump.

    Le diabétique Jay Radcliff, chercheur pour la société de sécurité cybernétique Rapid7, a établi que la pompe pouvait être piratée à une distance de 25 mètres. Il a trouvé une vulnérabilité de communication entre la pompe et la télécommande qui permet aux hackers d'augmenter la dose d'insuline à administrer, ce qui peut provoquer la mort.

    Johnson & Johnson considère le risque de cyber-attaque comme très faible et sa pompe comme très fiable. La société n'a encore recensé aucune tentative de piratage.

    « Pour ce faire, les hackers doivent avoir des connaissances techniques appropriées, des équipements modernes et se trouver très près de la pompe », a annoncé le porte-parole du géant pharmaceutique cité par BBC News.

    Johnson & Johnson a appelé ses clients au calme et à prendre des mesures de sécurité indispensables, à savoir limiter la dose d'insuline maximale et ne pas utiliser la télécommande.

    La pompe OneTouch Ping pump, mise en vente en 2008, permet aux diabétiques de s'injecter de l'insuline en utilisant une télécommande.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Mythes vs réalité: Blackhat, Pokémon Go et piratages
    Les claviers et souris sans fil sensibles au piratage
    Les ordinateurs de bord des avions vulnérables au piratage
    Tags:
    pompe à insuline, menace de mort, diabète, piratage, Johnson & Johnson
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik