Ecoutez Radio Sputnik
    interstellar

    Proxima b, l’exoplanète la plus proche de la Terre entièrement recouverte d’eau

    © Photo. capture d`écran:Youtube
    Sci-tech
    URL courte
    9214

    La profondeur de la couche d’eau recouvrant Proxima Centauri b, ou plus simplement Proxima b, l’exoplanète la plus proche de la Terre, pourrait atteindre 200 kilomètres, ce qui pourrait nuire à son habitabilité.

    Un groupe d'astrophysiciens français du Centre national de la recherche scientifique s'est servi de modèles scientifiques pour se faire une idée de la composition et de l'hydrosphère de cette planète. Il s'est avéré que Proxima b pouvait être recouverte d'océans de 200 km de profondeur. Un article sur leur étude paraîtra dans Astrophysical Journal Letters. Sa prépublication a été mise en ligne sur le site de l'Université américaine Cornell.

    Les chercheurs ont admis que sa masse était de 1,3 masse terrestre et se sont mis à calculer les variantes de son rayon en fonction de sa structure et composition. Ils ont obtenu le résultat de 0,94 à 1,4 rayon terrestre. L'étape suivante était l'établissement de deux modèles de base de sa composition hypothétique. Dans le premier cas, la planète possède un grand noyau en fer et nickel constituant jusqu'à 65 % de sa masse totale, une forte densité et une faible teneur en éléments légers et en eau que ces derniers composent. Si la planète a une atmosphère mince, elle pourra se voir privée complètement de l'eau qui sera « soufflée » par des éruptions sur son étoile.

    Dans le deuxième cas, elle possède un petit noyau en silicates dont la masse ne dépasse pas 35 % de la masse totale de la planète. Dans cette hypothèse, il doit y avoir beaucoup d'eau : jusqu'à 50 % de la masse totale. Selon les calculs des chercheurs, la profondeur maximale des océans pourrait atteindre 200 km, voire même plus. Cependant, à des profondeurs supérieures à 200 km, la pression sur le fond devient si forte que l'eau chaude ou bouillante se transforme en glace chaude exotique qui n'existe pas sur Terre faute de forte pression sur le fond des océans terrestres. Cette glace chaude engloutira jusqu'à 95 % de la masse totale de l'eau et formera une sorte de paroi entre les océans et le noyau en silicates. Dans ce cas de figure, l'eau y est dénuée de sels et devient un milieu peu propice à l'évolution de la vie.

    Звездная «колыбель» R2 в созвездии Единорога
    © Photo. ESO/J. Emerson/VISTA. Acknowledgment: Cambridge Astronomical Survey Unit
    Les chercheurs signalent qu'entre ces deux extrêmes, il y a un large éventail de valeurs sous-entendant l'existence d'océans de taille et de profondeur raisonnables, ce qui est optimal pour la vie.

    Les modèles exposés dans l'article seront bientôt vérifiés. Les futures observations du système stellaire le plus proche du Soleil permettront d'établir les dimensions de cette planète. On pourra alors savoir avec certitude si elle possède de l'eau et combien. Trois hypothèses sont alors envisageables. Un rayon comparable à celui de la Terre ou même moindre et, par conséquent, une structure relativement sèche, peut-être même déshydratée. Un rayon supérieur à celui de la Terre et, donc, des océans plus grands que sur notre planète. Enfin, un rayon supérieur de 30 ou de 40 % à celui de la Terre et alors un océan géant recouvrant toute la planète, une couche de glace exotique sur son fond et de sérieux obstacles à la formation d'une vie évoluée.

    Lire aussi:

    Découverte de la plus grande exoplanète jamais observée
    Découverte d’une exoplanète rappelant Jupiter dans sa jeunesse
    Découverte d'une nouvelle exoplanète, la plus similaire à la Terre jamais observée
    L'armée US annonce diffuser de nouvelles images de l'attaque des pétroliers en mer d'Oman
    Tags:
    hypothèse, exoplanète, CNRS
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik