Sci-tech
URL courte
11716
S'abonner

Le premier État spatial a commencé à recruter ses citoyens à travers le monde.

Un groupe de chercheurs et d'hommes d'affaires de différents pays, dirigé par l'ingénieur azerbaïdjanais Igor Ashurbeyli, a annoncé la création d'Asgardia, le premier État spatial, écrit le site Live Science.

Les fondateurs du projet, réunis le 12 octobre pour une conférence à Paris, ont évoqué les perspectives de leur État et déclaré que près de 150 millions de personnes pourraient en devenir les citoyens. Ils ont également annoncé leur intention de lancer, en 2017, leur premier satellite et envoyer plus tard dans l'espace leur propre station spatiale avec quelques citoyens à son bord.

Asgardia, nommée ainsi en l'honneur de la cité mythologique nordique Asgard, sera un État démocratique qui portera une attention toute particulière à la liberté individuelle et au développement des technologies spatiales.

Igor Ashurbeyli a déclaré qu'actuellement, tout un chacun avait la chance de devenir un des 100 000 premiers citoyens de son État. Samedi, plus de 248 000 personnes avaient adressé leur demande de citoyenneté.

Selon les fondateurs du projet, l'État spatial ne dépendra pas des puissances terrestres, les citoyens d'Agaardia devant toutefois respecter la Charte de l'Onu.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Cornichons aigres-doux et autres tentations des cosmonautes de l'ISS
La NASA restera dépendante des vaisseaux russes pour atteindre l'ISS
Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Tags:
Etat spatial, Igor Ashurbeyli
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook