Sci-tech
URL courte
Projet ExoMars (58)
1512
S'abonner

Le module européen Schiaparelli qui s'est posé mercredi sur Mars ne donne aucun signe d'activité et son sort préoccupe les scientifiques qui ignorent s'il a "amarsi" sans encombre ou s'il s'est écrasé, a dit jeudi l'Agence spatiale européenne (ESA).

« Il y a eu deux survols (par des satellites) et aucun signal n'a été reçu », a déclaré Andrea Accomazzo, responsable de la conduite des opérations.
Le module de la mission russo-européenne ExoMars a pour tâche principale de tester des technologies en vue de l'envoi sur la planète rouge d'un robot explorateur en 2020.

L'Agence spatiale européenne juge que la première partie de la mission Schiaparelli est un succès puisqu'elle a permis de transmettre les données sur son entrée dans l'atmosphère martienne, sur le déploiement de son parachute et l'éjection de son bouclier thermique.
Ses propulseurs, qui devaient contribuer à ralentir sa descente, semblent en revanche n'avoir fonctionné que quelques secondes, un laps de temps beaucoup plus court que prévu.

« Nous devons savoir ce qu'il s'est passé au cours des toutes dernières secondes avant qu'il ne se pose », a déclaré David Parker, directeur des programmes de vols habités et d'exploration robotique à l'ESA, rapporte Reuters.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Projet ExoMars (58)

Lire aussi:

Mission russo-européenne ExoMars: premier signal vers la Terre
Voyage vers Mars: la NASA craint un risque de démence pour les astronautes
La NASA présente un rover pour prélever des minéraux sur Mars
Partir en voyage pour Mars, et mourir…
Le plan de la conquête de Mars enfin dévoilé!
Tags:
Russie, ESA, ExoMars, Schiaparelli, modules spatiaux
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook