Ecoutez Radio Sputnik
    Panthères des neiges

    WWF: le nombre de vertébrés a chuté de 60%

    © AFP 2019 FEDERICO GAMBARINI / DPA
    Sci-tech
    URL courte
    6116

    « La nature sauvage disparaît sous nos yeux à une vitesse sans précédent », alerte le Directeur général du Fonds mondial pour la nature.

    La population des animaux sauvages, y compris des poissons, des oiseaux, des mammifères et des reptiles s'est réduite de 58 % entre 1970 et 2012, lit-on dans un rapport intitulé Living Planet Report 2016 du Fonds mondial pour la nature (WWF).

    « La nature sauvage disparaît sous nos yeux à une vitesse sans précédent», a indiqué Marco Lambertini, Directeur général du WWF.

    Il ne s'agit pas uniquement d'espèces connues et aimées de tous. La biodiversité forme la base de l'existence de forêts, de rivières et d'océans sains. Sans les animaux, les écosystèmes cesseront d'exister, de même que l'air pur, l'eau et le climat qu'ils créent pour nous, a-t-il ajouté.

    En préparant ce rapport, les chercheurs se sont fondés sur l'indice planète vivante (The Living Planet Index ou LPI pour les anglophones), indicateur d'état de la diversité biologique mondiale. C'est un indice composite basé sur les tendances observées chez un grand nombre de populations d'espèces de vertébrés du monde entier qui vise à mesurer les changements temporels d'état de la biodiversité dans le monde.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Notre planète a perdu 10% de sa nature sauvage en 25 ans
    Des femmes massent un hérisson chauve pour faire pousser ses aiguilles
    En Norvège, la foudre tue plus de 300 rennes
    Des chats sauvages, tellement beaux et arrogants
    Tags:
    biodiversité, nature, animaux, WWF
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik