Sci-tech
URL courte
Colonisation de Mars (11)
0 90
S'abonner

Le chef de la compagnie aérospatiale Firefly Space Systems propose de donner une nouvelle vie à des milliers de satellites hors service présents dans l'espace circumterrestre. Un projet à la fois écologique et économique.

D'après les estimations de la NASA, plus de 500 000 fragments d'appareils spatiaux et de satellites morts sont disséminés actuellement dans l'espace, posant un danger à l'ISS ainsi qu'à des satellites en fonction. Le PDG du groupe Firefly Space Systems Tom Markusic propose d'utiliser ces déchets pour les éventuelles missions vers Mars.

Selon lui, les objets en question pourraient être transportés sur Phobos, l'une des deux lunes de Mars, à l'aide de remorqueurs propulsés à l'énergie solaire. Les futurs colonisateurs de la planète rouge pourront désassembler les satellites morts pour utiliser leurs composants à de nouvelles fins, explique-t-il.

M. Markusic estime qu'un tel recyclage des débris spatiaux devrait permettre d'économiser les coûts de lancements depuis la surface de la Terre.

« Ces objets pourront être reconfigurés pour produire d'autres types de matériels dont nos missions d'exploration auront besoin sur Mars », a indiqué le chercheur.

Il espère que les gouvernements nationaux s'intéresseront à son projet et financeront le nettoyage de l'espace des débris artificiels.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Dossier:
Colonisation de Mars (11)

Lire aussi:

Partir en voyage pour Mars, et mourir…
Le plan de la conquête de Mars enfin dévoilé!
Obama: les USA foncent vers Mars
L'atterrisseur européen Schiaparelli s'est écrasé sur Mars
Tags:
débris spatiaux, satellite, exploration de l'espace, Firefly Space Systems, Tom Markusic, États-Unis, Mars
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook