Sci-tech
URL courte
8151
S'abonner

Deux singes paralysés ont remarché grâce à une puce sans fil. Pour les hommes, les essais seront effectués d’ici cinq ans.

Deux singes avec des lésions à la moelle épinière ont réussi à remarcher grâce à un appareil incorporé qui transmet des impulsions électriques depuis le cerveau vers une puce implantée dans la moelle épinière, ont annoncé Grégoire Courtine et Marco Capogrosso de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) et Silvestro Micera de l'Ecole supérieure Sainte-Anne de Pise (Italie).

« Pour marcher, notre cerveau envoie des signaux à travers la moelle épinière qui donnent des ordres aux muscles. Par contre, si la moelle est endommagée, cela ne fonctionne plus, et les muscles ne reçoivent plus les impulsions du cerveau. Aujourd'hui, cette liaison rompue a été artificiellement restaurée », s'est réjoui Silvestro Micera.

Les scientifiques ont fait implanter dans la zone motrice de l'écorce cérébrale des électrodes, qui transmettent sur un ordinateur les impulsions du cerveau. Ensuite, les données traitées sont transmises sur une autre puce dans la zone de la moelle épinière, grâce à laquelle les signaux du cerveau atteignent les muscles.

Cette méthode pourrait être adaptée pour le traitement de la paralysie humaine. Les certificats pour passer aux essais cliniques de certains volets de la méthode ont déjà été émis. Les premiers tests sont prévus d'ici cinq ans.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Il trouve un moyen original d'aider son père atteint d'Alzheimer
Atteinte du cancer, Norma, 90 ans, troque son traitement contre l'aventure
Ils deviennent paralysés au coucher du soleil
Tags:
puce électronique, paralysie, remède, singes, cerveau, Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, Ecole supérieure Sainte-Anne de Pise, Grégoire Courtine, Marco Capogrosso, Silvestro Micera, Suisse, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook