Ecoutez Radio Sputnik
    Atom

    Médecine nucléaire : la Russie augmente la production des isotopes qui soignent le cancer

    © Photo. Pixabay / geralt
    Sci-tech
    URL courte
    Technologies Made in Russia (148)
    10420

    La Russie a renforcé ses positions sur le marché mondial dans la production des isotopes médicaux dont l’utilisation assure le diagnostic, le pronostic et le suivi thérapeutique de nombreuses pathologies, dont le cancer. Sputnik a fait le tour des isotopes produits en Russie qui sauvent et prolongent les vies humaines tous les jours.

    La médecine nucléaire progresse quotidiennement depuis sa naissance à la fin de la Seconde guerre mondiale. Elle a révolutionné l'étude du fonctionnement des organes. Il existe deux types d'examens nucléaires : la scintigraphie et la TEP (tomographie par émission de positons). Ils consistent en l'administration dans l'organisme de très faibles doses d'un médicament radio-pharmaceutique qui est composé d'un produit physiologique et d'un isotope radioactif. La médecine nucléaire peut aussi permettre de traiter des pathologies comme le cancer grâce aux médicaments radio-pharmaceutiques qui détruisent les cellules malades. 

    Il y a encore quelques années, la production de la quasi-totalité des isotopes radioactifs dans le monde était assurée par cinq réacteurs se trouvant dans cinq pays : en Australie, en Afrique du Sud, au Canada, en France et aux Pays-Bas. Mais la situation à bien changé depuis et la Russie est arrivée sur le marché et a donné une nouvelle impulsion à la médecine nucléaire. Molybdène 99, strontium 89, gadolinium 153 et lutétium 177 sont les isotopes les plus utilisés. Quelles sont leurs particularités ?
     
    Molybdène 99

    Le molybdène 99 n'est pas un produit fini utilisé dans la médecine nucléaire. Il sert à fabriquer un autre métal radioactif: le technétium 99. Le technétium a un impact doux sur l'organisme humain et permet de dépister des maladies à un stade précoce. Il peut s'accumuler dans les organes atteints d'une tumeur ou dans les zones nécrosées du myocarde, c'est pourquoi cette méthode permet, par exemple, d'identifier le foyer de l'infarctus du myocarde 24 heures après son déclenchement. 

    Molybdène 99
    © Sputnik .
    Molybdène 99

    En Russie, à Dimitrovgrad  (Volga) plus précisément, l'Institut de recherche des réacteurs nucléaires réalise son plus grand projet : la production industrielle d'isotopes à demi-vie réduite pour créer des produits pharmaceutiques, avant tout le molybdène 99, explique à Sputnik Rostislav Kuznetzov, chef du département des sources radionucléides de l'Institut :

     
    « Depuis très longtemps nous faisons partie du marché mondial de la production des isotopes.  Nous sommes connus sur le marché et par nos clients, car nous  nous en occupons depuis plus de 25 ans. Notre particularité c'est notre réacteur extrêmement puissant […] Des réacteurs de ce genre il n'en existe que chez nous et aux USA ».  
     

    Les spécialistes du domaine précisent qu'il est tout à fait possible que la Russie devienne le premier fournisseur mondial de molybdène car le marché est pratiquement illimité. Le déficit de cet isotope médical sur le marché dépasse aujourd'hui 30% avec un besoin moyen de 12 000 curies par semaine (les isotopes ne sont pas mesurés en grammes, au poids, mais en unités d'activité des matériaux — le curie). Sachant que les prix du molybdène 99 atteignent 1 500 dollars le curie (1 404 euros).
     
    Strontium 89

    Le strontium 89 est produit à Dimitrovgrad (Volga). Cet assemblage chimique est utilisé dans la production métallurgique, dans l'industrie alimentaire et en médecine nucléaire. Cet isotope radioactif est utilisé à des fins médicales. Son rayonnement à doses tolérées peut soigner un grand nombre de maladies graves qui étaient encore incurables il y a quelques temps. 

    Strontium-89
    © Sputnik .
    Strontium-89

    Les composés du strontium 89 servent également de médicament pour soigner l'épilepsie, la néphrite et corriger les déformations à l'âge pédiatrique par les orthopédistes. Dans une certaine mesure, il peut être un agent vermifuge.
    Rostislav Kuznetzov explique que l'Institut de recherche des réacteurs nucléaires de Dimitrovgrad est parvenu à fabriquer un produit unique. 
     
    « C'est devenu plus rentable de changer de réacteur et d'utiliser une nouvelle technologie de production. Maintenant notre produit,  le strontium 89, est vraiment demandé sur le marché russe et sur le marché mondial ».   
     
    Une autre nouveauté — un laser avec des vapeurs de strontium — a été créée à Tomsk (Sibérie de l'Ouest) en collaboration avec des Américains pour une utilisation sur les tissus biologiques, comme les os, par exemple. Le laser aux vapeurs de strontium a un grand potentiel d'application, affirment les chercheurs.
     
    Gadolinium 153

    La Russie est le seul pays à produire du gadolinium 153. Ce marché n'est pas très large mais très important car il fournit cet isotope qui sert à la fabrication d'un grand nombre d'appareils utilisés dans le diagnostic des maladies des os.

    Gadolinium 153
    © Sputnik .
    Gadolinium 153

    La production du gadolinium 153 en Russie reste unique. Rostislav Kuznetzov confirme que les fabricants russes ont des clients depuis des années à l'intérieur et à l'extérieur du pays, et pour le moment les tentatives de reproduire cette technologie ailleurs dans le monde n'ont pas abouti.
     
    Lutétium 177

    Le lutétium 177 est un isotope relativement nouveau. Le même réacteur russe qui assure la fabrication de tous les macroéléments utilisés dans la médecine nucléaire permet de produire plus du lutétium 177 en grande quantité grâce à sa puissance exceptionnelle. 

    Lutétium 177
    © Sputnik .
    Lutétium 177

    Les spécialistes s'attendent à une révolution dans la médecine grâce au lutétium 177. Il a commencé à être utilisé il y a moins de deux ans, mais les succès sont déjà si importants que Rostislav Kuznetzov promet un « grand avenir » à cet isotrope, qui est d'une excellente qualité en Russie car il n'y a pas de décalage entre les étapes de production :
     
    « Il sera possible de résoudre un grand nombre de mystères oncologiques avec l'utilisation du lutétium. Les perspectives sont immenses et la quantité demandée sera très importante ».
     
    La médecine nucléaire est très probablement le domaine le plus en pointe dans le traitement de maladies jadis incurables. La place de la Russie sur ce marché est très importante, car elle renforce la diversité de cette production et garantit un haut niveau de sécurité en cas de panne d'un réacteur, comme en 2009 au Canada. Une collaboration internationale dans ce domaine est la seule possibilité de sauver des centaines de milliers de vies dans les années à venir.  

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Technologies Made in Russia (148)

    Lire aussi:

    Les nouveaux codes génétiques: un pas vers la médecine du futur
    Quand les innovations militaires russes donnent un coup de pouce à la médecine
    La médecine chinoise traditionnelle obtient le soutien du gouvernement
    Uber-médecine: ce que les docteurs peuvent emprunter aux chauffeurs de taxi
    Tags:
    médecine, cancer, nucléaire, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik