Ecoutez Radio Sputnik
    GÖKTÜRK-1

    La Turquie lance son satellite militaire Göktürk-1 depuis Kourou

    © capture d'écran: YouTube
    Sci-tech
    URL courte
    271417
    S'abonner

    Le satellite militaire de renseignement Göktürk-1 a été lancé avec succès depuis le cosmodrome français de Kourou situé en Guyane.

    L'appareil a été lancé à 14H51 (heure de Paris) le 5 décembre, selon la chaîne de télévision turque NTV. Le président turc Recep Tayip Erdogan a observé le lancement du satellite par vidéotransmission.

    « Ce satellite est très important pour nos forces armées. Pour l'instant, ce satellite est le plus développé au monde du point de vue technologique. »

    Le satellite Göktürk-1, dont le prix est estimé de 261,5 millions d'euros, fournira des images de la surface de la Terre aux Forces armées de la Turquie. En un an, il doit prendre environ 60 000 clichés. La période de rotation du satellite autour de Terre est de 90 minutes.

    Nerden nereye… Başbakan'ın önüne yazarkasa fırlatan Türkiyeden, Uzay'a #Göktürk1 uydusu fırlatan Türkiye'ye… Hamd olsun…

    Фото опубликовано Ahmet Çakır (@ahmetcakir44) Дек 5 2016 в 9:05 PST

    Le dirigeant turc a fait remarquer que la contribution des producteurs turcs à ce satellite, développé en Italie, était estimée à 20 % et que le pays envisageait de développer ses propres satellites dans le futur.

     

     

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

    Lire aussi:

    La Russie lance un satellite militaire
    Le satellite militaire soviétique Kosmos-903 se désintègre dans l'atmosphère
    Une fusée Soyouz décolle avec un satellite du "GPS russe"
    La NASA capte le signal d’un satellite perdu
    Tags:
    satellites militaires, Göktürk-1, Recep Tayyip Erdogan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik