Ecoutez Radio Sputnik
    Microscope

    Le nœud le plus serré au monde, 200.000 fois plus fin qu'un cheveu humain

    © Flickr/ University of Liverpool Faculty of Health & Life Sciences
    Sci-tech
    URL courte
    332
    S'abonner

    Des chercheurs britanniques ont créé le nœud le plus serré jamais réalisé en entrecroisant une boucle de 192 atomes longue d'un millionième de millimètre, soit moins de 200.000 fois l'épaisseur d'un cheveu humain.

    Ce nœud multiple est le maillage moléculaire le plus complexe réalisé à ce jour. Décrite dans la revue américaine « Science », cette prouesse scientifique ouvre potentiellement la voie à une nouvelle génération de matériaux avancés, plus légers, solides ou flexibles.

    Une équipe de chercheurs menée par David Leigh a mis au point une technique novatrice consistant à entremêler une multitude de brins moléculaires en utilisant une méthode proche du tricot. Le nœud en question croise, à huit reprises, une boucle d'un millionième de millimètre de longueur composée de 192 atomes.

    ​La capacité de faire différents types de nœuds moléculaires veut dire que les scientifiques pourront mesurer et tester comment ils affectent la résistance et l'élasticité des matériaux. Grâce à cette nouvelle façon de procéder, les chercheurs comptent non seulement nouer, mais également tisser des brins de matières diverses, dont des plastiques et des polymères.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Les chercheurs sibériens ont découvert la plus petite molécule luminescente du monde
    Le nombre Pi découvert dans… un atome d’hydrogène
    La Russie bientôt pionnière de l'horlogerie atomique?
    Des atomes qui se repoussent observés pour la première fois!
    Tags:
    physique, molécule, David Leigh, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik