Sci-tech
URL courte
6220
S'abonner

Le décès aux États-Unis d’une septuagénaire tuée par une bactérie, présente naturellement chez l’homme et les animaux, intensifie les craintes d'une perte d'efficacité des antibiotiques qui rendrait très dangereuses des infections aujourd'hui bénignes.

La première personne a été tuée par une bactérie super-résistante aux antibiotiques au Nevada, dans l'ouest des États-Unis, la patiente étant décédée malgré la prise de 26 antibiotiques, annonce la presse internationale, se référant aux Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Selon les médecins, la septuagénaire du Nevada avait apparemment été infectée en Inde où elle avait été longuement traitée pour une fracture à la jambe. L'Américaine est revenue chez elle en août dernier et est morte en septembre à la suite d'un choc septique, lit-on notamment sur le site de BBC News.

Dans les tissus de la patiente, les médecins ont découvert une souche mutante de la bactérie Klebsiella pneumoniae (bacille de Friedländer). Normalement, cette bactérie, naturellement présente chez l'homme et les animaux et responsables d'infections respiratoires, intestinales et urinaires, est assez anodine, mais sa nouvelle souche s'est avérée incroyablement résistante à tous les antibiotiques présents aux États-Unis.

Le cas de cette Américaine, décédée malgré la prise de 26 antibiotiques, suscite de nouvelles craintes d'une propagation d'agents pathogènes mutants et ravive le spectre des super-bactéries qui rendraient meurtrières les infections les plus courantes.

Selon les scientifiques, des prescriptions excessives et à mauvais escient d'antibiotiques et leur usage excessif dans l'élevage sont principalement responsables du phénomène de résistance microbienne.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et les Nations unies tirent la sonnette

d'alarme et avertissent que les super-bactéries résistantes aux antibiotiques pourront tuer à l'avenir des millions de personnes chaque année si rien n'est fait dès à présent. D'après ces organismes internationaux, de nouvelles méthodes efficaces de lutte contre les super-bactéries doivent être élaborées d'urgence, sinon la planète risquera de se précipiter vers une « ère post-antibiotique, dans laquelle les infections courantes pourront recommencer à tuer ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Les experts mettent en garde contre une menace de bactéries
Antibiotiques vs bactéries : un espoir au bout du tunnel
Des bactéries dangereuses découvertes dans le poisson norvégien
Tags:
médecine, résistance, antibiotiques, chercheurs, bactérie, Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), BBC, ONU, OMS, Nevada, Inde, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook