Sci-tech
URL courte
0 51
S'abonner

Après Jean-Sébastien Bach et Mozart au XVIIIe siècle, Beethoven et Gustav Mahler au XIXe et un certain Alfred Schnittke au siècle dernier, c’est au tour de robots au talent pas si artificiel que cela de bouleverser le monde de la musique.

Un robot doté dès sa « naissance » d'une intelligence artificielle et de talent, bien évidemment capable de composer de la musique, en mariant l'humeur actuelle d'un être humain avec les neurones du cerveau, a été présenté par les chercheurs de l'Université d'Osaka, de l'Université de Tokyo ainsi que par leurs homologues belges, ont annoncé les médias japonais à l'issue du salon 3D Wearable Expo à Tokyo.

​Cependant, l'idée basique du concept est que la musique idéale doit être harmonisée avec les émotions. Une affirmation assez contradictoire, malgré une blague se référant à un film hollywoodien à succès I, Robot, où un robot sort victorieux d'un dialogue avec le personnage incarné par Will Smith.

​Alors, la soi-disant écriture automatique de la musique nécessite toujours des informations sur les goûts précis de celui qui veut l'écouter.

Heureusement, tout programme pour l'ordinateur ou pour un robot quasi vivant est écrit par un humain !

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Et si le sexe robotique devenait un jour bien meilleur que le sexe humain?
Les robots prendraient la moitié des emplois en Nouvelle-Zélande dans 20 ans
Les robots devront cotiser comme tout le monde
Tags:
informatique, Mozart, robot, cerveau, intelligence artificielle, musique, 3D Wearable Expo, Université de Tokyo, Université d'Osaka, Gustav Mahler, Ludwig van Beethoven, Will Smith, Alfred Schnittke, Jean-Sébastien Bach, Tokyo, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook