Sci-tech
URL courte
0 17
S'abonner

La très populaire application Meitu, qui permet d'obtenir un autoportrait façonné selon les canons des mangas japonais, est suspectée de collecter des données personnelles.

Disponible sous Android ou iOS, ce logiciel chinois exploite l'appareil photo d'une tablette ou d'un smartphone puis applique quelques filtres travaillés pour accomplir la transformation. Cependant, lors de ce processus, l'application demande l'accès à de nombreuses informations dont elle n'a pas évidemment besoin pour fonctionner, dont les historiques des appels et la position géographique de l'utilisateur.

​Selon l'expert en sécurité Greg Linares, sur Android, Meitu souhaite notamment accéder aux informations concernant l'opérateur et au numéro d'identification du téléphone. Elle demande également la permission d'être lancée automatiquement au démarrage de l'appareil et d'empêcher sa mise en veille.

​Le développeur de Meitu affirme que tout ceci est nécessaire pour améliorer son service et le bon fonctionnement de son application. Certains experts indiquent que Meitu ne fait que suivre la réglementation chinoise et qui demande une identification précise des utilisateurs, bien que d'autres considèrent que les données pourraient être vendues à des tiers.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Les données personnelles de 5,5 millions d’employés ont fuité sur Internet
Un fichier monstre regroupant les données personnelles des Français pose problème
Données personnelles de policiers mises en ligne sur Internet
Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
Tags:
sécurité, données personnelles, application, Meitu (application), Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook