Sci-tech
URL courte
110
S'abonner

Des chercheurs américains ont établi que les hommes peuvent également être affectés par la dépression consécutive à la naissance d'un enfant.

D'après une étude réalisée par Yaprak Harrison du Southwestern Medical Center (Dallas), un homme sur dix manifeste des symptômes de la dépression post-partum. Le professeur indique que cette condition est généralement due au fait que les nouveaux pères veulent prendre part dans les soins du nouveau-né, mais se sentent souvent mis de côté.

« Les mères ne se rendent parfois pas compte qu'elles excluent le père de ce processus alors qu'il souhaite lui aussi passer du temps avec le nourrisson », explique M. Harrison.

Parmi les symptômes caractéristiques de cette condition il cite l'extrême fatigue et les changements dans les habitudes de sommeil.

Chez les femmes, la dépression post-natale affecte plus d'une mère sur cinq et débute d'habitude durant le premier mois suivant l'accouchement. Mais de nombreuses femmes ne s'en aperçoivent même pas.

En ce qui concerne les pères, les chercheurs soulignent que certains hommes sont plus prédisposés à la dépression post-partum que les autres. Parmi les facteurs qui favorisent son émergence chez un homme figurent les épisodes de dépression connues par le passé ou la privation de sommeil.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

OMS : 350 millions de personnes souffrent de dépression
Pendant le vol vers Mars des moments de dépression seront inévitables
La dépression double le risque d'attaque cérébrale chez les femmes de plus de 45 ans
Un confinement préventif avant Noël est-il envisagé? Olivier Véran répond
Tags:
santé, médecine, accouchement, dépression
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook