Ecoutez Radio Sputnik
    Momie de la Princesse de l'Altaï

    Princesse de l’Altaï: la momie souffrait de nombreuses maladies

    © Sputnik . Alexey Efimov
    Sci-tech
    URL courte
    3230

    La «Princesse de l’Altaï», une momie vieille de 2.500 ans que les chercheurs ne cessent d’étudier depuis plus de 20 ans, souffrait de nombreuses maladies de son vivant.

    L'étude IRM de la momie découverte dans le sud-ouest de la Sibérie et connue sous le nom de « Princesse de l'Altaï » a permis de lui diagnostiquer de sérieuses maladies, indiquent des chercheurs de l‘Académie russe des Sciences dans un article.

    La momie a été découverte par des archéologues en 1993 dans un kourgane (tumulus) scythe situé sur le plateau de l'Oukok, dans l'Altaï, près de la frontière mongole. La trouvaille daterait de plus de 2 500 ans.

    Les études précédentes ont déjà permis de constater que de son vivant, la femme avait souffert de plusieurs maladies dont le cancer qui serait à l'origine de sa mort. De nouvelles données ont révélé chez elles d'autres pathologies lourdes.

    Ainsi, les tissus de l'appareil locomoteur accusent des signes d'ostéomyélite du fémur, résultat d'une infection grave. Des signes d'une inflammation auto-immunitaire, la spondylarthrite, ont également été décelés. Un « vieillissement » précoce des articulations des vertèbres est également constaté, et les lésions du ligament de l'articulation du genou font penser à des facteurs d'origine traumatique.

    Le climat froid de l'Altaï et le train de vie des peuples autochtones, qui pratiquaient l'élevage, étaient déterminants dans l'usure rapide de l'organisme. Cela concernait tant la jeune femme que ses compatriotes. Qui plus est, ces individus n'étaient pas originaires de cette région, ils étaient venus d'autres territoires et n'étaient pas adaptés aux conditions locales.

    La jeune femme en question avait un peu plus de 20 ans lorsqu'elle a contracté un cancer du sein qui l'a tuée en cinq ou sept ans. En plus, la « princesse » serait tombée de cheval à trois ou cinq mois de sa mort. Le traumatisme crânien et d'autres lésions l'ont clouée au lit.

    La « Princesse de l'Altaï » a passé près de 20 ans au musée de l'Institut d'archéologie et d'ethnographie de Novossibirsk. Pendant que des chercheurs étudiaient la momie, un musée de Gorno-Altaïsk (Altaï) subissait des travaux de modernisation visant à assurer les conditions nécessaires à sa conservation. Il a accueilli la momie en 2012.

    De nombreux Altaïens croient cependant que la femme en question était l'ancêtre des habitants de cette région. Ils exigent de l'enterrer car en la déplaçant, les archéologues auraient attiré sur l'Altaï des cataclysmes naturels. En effet, ces dernières années, la région a connu des séismes, de vastes crues et de fortes grêles.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    La malédiction de la princesse d’Altaï
    Le mystère de Néfertiti caché derrière un mur
    Toutankhamon aurait dissimulé la momie de sa belle-mère
    Tags:
    archéologie, momie, princesse, Altaï, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik