Ecoutez Radio Sputnik
    paralysées

    Lire les pensées de personnes complètement paralysées: l'exploit réalisé en Suisse

    © Photo. pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    0 51261

    Des neurophysiologistes suisses ont créé une nouvelle puce neurologique permettant littéralement de lire les pensées de personnes complètement paralysées suite à des accidents de la route ou à cause de maladies graves.

    « Ce résultat surprenant dément ma propre théorie selon laquelle les personnes complètement paralysées et ayant contracté le syndrome de verrouillage sont incapables de communiquer avec le monde extérieur. Nos expériences ont montré que les quatre volontaires pouvaient répondre à des questions personnelles que nous avions posées grâce au pouvoir de la pensée. Si nous arrivions à reproduire ces résultats, nous serions en mesure de rendre la parole aux gens souffrant d'un dysfonctionnement des neurones moteurs », explique Niels Bierbaumer de l'Université de Tübingen.

    Au plus profond de soi

    Le syndrome de verrouillage — ou lock-in syndrome — caractérise la phase finale du développement de certaines maladies neurodégénératives telles que la sclérose latérale amyotrophique ou la maladie de Stephen Hawking. Il peut aussi résulter de certaines lésions cérébrales, d'un empoisonnement ou d'un surdosage de médicaments. Son évolution prive l'homme de liens avec le monde extérieur et du contrôle de ses muscles — notamment respirateurs — à cause de la destruction des neurones moteurs dans le cerveau et dans la moelle.

    Les symptômes du syndrome de verrouillage s'assimilent à l'état du corps et du cerveau des personnes en état végétatif et de coma. C'est pourquoi de nombreux neurophysiologistes, y compris Niels Bierbaumer, estimaient jusqu'à présent que les personnes paralysées étaient en principe incapables de penser, de fixer des objectifs et de les atteindre.

    Lors de ces expériences avec quatre volontaires au dernier stade du syndrome, Bierbaumer et ses collègues ont tenté de comprendre s'il était possible d'établir une communication avec eux à l'aide de puces neurologiques et d'interfaces cerveau-ordinateur, c'est-à-dire des systèmes capables de capter des signaux cérébraux et de les transformer en langage compréhensible pour l'ordinateur.

    Les chercheurs ont utilisé deux appareils: un tomographe à résonance magnétique qui surveillait le travail de secteurs différents du cortex et des couches profondes du cerveau, et un spectroscope infrarouge — un outil scientifique relativement récent permettant d'établir le niveau d'activité de certains groupes de neurones en fonction des volumes d'oxygène absorbés.

    La lumière au bout du tunnel

    Letizia Renis
    © Photo. fornita da Danilo Garcia Di Meo
    Selon les scientifiques, le corps humain est en général transparent aux rayons thermiques de longueurs d'onde de 700 à 900 nanomètres, qui sont pourtant absorbés par l'hémoglobine, porteuse principale d'oxygène dans notre sang. Ainsi, plus une cellule absorbe d'oxygène et les reçoit à l'aide des érythrocytes, plus « sombre » elle apparaît pour cet appareil.

    Il y a quelques années, un autre groupe de scientifiques avait établi grâce à des observations du fonctionnement du cerveau des gens sains que des réponses à des questions simples se traduisaient par des changements prévisibles de la concentration d'hémoglobine: une réponse affirmative se soldait par son augmentation, alors que son niveau restait le même voire diminuait après une réponse négative. Cette idée a permis aux chercheurs de créer un logiciel traduisant ces signaux en réponses « oui » ou « non ».

    Les résultats des tests de ce système, en réalité assez peu compliqué, ont dépassé toutes les espérances des scientifiques: les quatre personnes paralysées qui ont pris part à l'expérience avec le consentement de leurs tuteurs identifiaient en général correctement leur femme ou mari ainsi que d'autres parents, et répondaient à des questions sur leur vie personnelle. Un homme a même interdit à sa fille de se marier à son petit ami Mario.

    Les scientifiques ont été surtout surpris par le fait que les participants étaient en général contents de poursuivre leur existence, bien que certains d'entre eux ne pouvaient plus respirer que grâce à des respirateurs artificiels.

    Selon Niels Bierbaumer, avoir prouvé que même des personnes dans cet état « verrouillé » ont toujours l'envie de vivre et de communiquer accélérera de nouvelles recherches dans ce domaine et se soldera par le développement de synthétiseurs de parole à part entière et d'appareils qui permettront à ces patients de se déplacer eux-mêmes.

    Lire aussi:

    Concours Andreï Sténine: l’héroïne paralysée de la photo gagnante vient à Moscou
    Une jeune femme paralysée marche vers l'autel au mariage de ses rêves
    Une athlète paralympique belge envisage l'euthanasie après les JO de Rio
    La 1ere personne paralysée "réanimée" offre des aperçus pour les neurosciences
    Tags:
    communication, pensées, science, paralysie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik