Ecoutez Radio Sputnik
    Homéopathie. Image d'illustration

    Homéopathie: pseudoscience pour la Russie, source de revenus pour la France?

    © Photo. Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    392330
    S'abonner

    En Russie, l’homéopathie a été reconnue comme une pseudoscience. L’initiative pourrait affecter les fournisseurs de produits homéopathiques, tels que Boiron, le leader français de cette industrie. Le gouvernement français reste réticent à propos de ce sujet.

    Tandis que l'initiative russe de qualifier officiellement l'homéopathie de « pseudoscience » a suscité une vague de mécontentements auprès des milieux homéopathes, il ne faut pas oublier que les principaux exportateurs de produits homéopathiques sont des géants européens, tels que la société homéopathique française Boiron.

    En France, le gouvernement n'a pas l'intention de lutter contre l'industrie homéopathique ou de la limiter de quelque façon que ce soit.

    Roland Cash, docteur en médecine, spécialiste de l'économie pharmaceutique et co-auteur de l'étude « Tempête sur l'homéopathie » a raconté à Sputnik pourquoi la France ne suivait pas l'exemple russe malgré le scepticisme de la communauté scientifique.

    « En France, beaucoup de gens utilisent l'homéopathie et c'est étonnant parce qu'on a aucun effet. (…)Il n'y a pas de mécanisme, c'est de l'eau. C'est comme si on avalait un verre d'eau sucrée. La question en médecine c'est l'effet placebo en fait qu'on appelle, l'effet d'autopersuasion, d'autosujétion », a fait savoir M. Cash à propos de l'homéopathie.

    Selon lui, le problème de l'homéopathie provient du marketing agressif et de l'ignorance médicale des gens qui ne comprennent pas que les dilutions successives « enlèvent toutes les molécules actives ».

    « Ils (les consommateurs, ndlr) ont l'habitude de prendre ces produits, il y a certains médecins qui les prescrivent, les pharmaciens les mettent en évidence dans les rayons, la publicité est bien faite, c'est uniquement du marketing. (…) Ça n'a pas d'effet », a estimé Roland Cash.

    Il a également raconté que la technique de l'homéopathie remontait au XIXe siècle lorsque les connaissances scientifiques de l'humanité étaient assez limitées et ne pouvaient pas permettre de révéler « les mystères de la matière ».

    Si c'est une technologie qui n'était qu'une mode il y a 200 ans, dont l'efficacité n'a jamais été prouvée par les scientifiques, pourquoi ces « médicaments » restent légaux en France, l'un des pays phares dans le domaine médical ?

    Pour répondre à cette question, il faut s'adresser à l'Agence nationale de sécurité des médicaments et de produits de santé (ANSM). Cette dernière n'a requis qu'une chose des produits homéopathiques : ils ne doivent pas être dangereux. Aucune exigence d'efficacité.

    M. Cash, à son tour, explique que le gouvernement n'a pas l'intention d'interdire sur quelque chose qui n'est pas dangereux et qui n'est pas classifié comme un médicament. Les producteurs des solutions homéopathiques profitent de cette attitude.

    « Le texte règlementaire indique que si le produit homéopathique est fabriqué selon les règles historiques, c'est pas dangereux. Ce n'est pas le même circuit administratif que pour un médicament classique, il est beaucoup plus facile. Pour Boiron, le fait que ce soit un circuit simplifié donne un avantage : disons pas beaucoup de demandes à formuler », a déclaré l'interlocuteur de Sputnik.

    Dans le même temps, le médecin a estimé que la raison probable de la réticence du gouvernement pouvait être expliquée par le fait qu'il était inutile de faire des efforts dans cette lutte, car l'homéopathie « est une sorte de croyance » laquelle est difficile à contrer « par un raisonnement rationnel ».

    « C'est pas certain que la prise de position et les mesures prises affectent le travail de Boiron parce qu'il y a beaucoup d'irrationnel dans la santé. Si les personnes pensent vraiment sincèrement que c'est quelque chose qui leur fait du bien, ils vont continuer à le prendre. Et ils vont penser que ceux qui sont contre l'homéopathie sont des scientifiques qui n'ont rien compris », a-t-il conclu.

    La Commission chargée de la lutte contre la pseudoscience auprès de l'Académie russe des sciences a déclaré le 6 février dans un mémorandum que « l'administration à doses extrêmement faibles » des médicaments homéopathiques n'avait aucun « fondement ni justification scientifique ».

    L'Organisation mondiale de la santé (OMS) met en garde contre le traitement des maladies graves par des médicaments homéopathiques. Ainsi, en 2009 des experts britanniques ont demandé à l'OMS de « dénoncer publiquement l'utilisation de l'homéopathie ». Ils ont notamment souligné que les médicaments homéopathiques n'avaient aucune base scientifique et pouvaient constituer une menace réelle à la vie et à la santé humaine, lorsque pris en remplacement d'un traitement essentiel.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Allemagne: une conférence sur l'homéopathie se termine en overdose collective
    Des chercheurs russes créent des matériaux intelligents pour la médecine et la robotique
    La médecine chinoise traditionnelle obtient le soutien du gouvernement
    Les nouveaux codes génétiques: un pas vers la médecine du futur
    Tags:
    pseudoscience, homéopathie, médecine, science, Boiron, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik