Sci-tech
URL courte
4133
S'abonner

La Chine a lancé un test à grande échelle de son réseau de téléphonie mobile 5G.

Le plus grand réseau expérimental de téléphonie mobile 5G au monde, qui est supposé être 100 fois plus rapide que la 4G, fonctionne dans la capitale chinoise, a annoncé l'agence Chine nouvelle citant le ministère chinois de l'Industrie et des technologies de l'information.

Les tests de la technologie 5G sont en cours dans le quartier de Huairou habité par plus de 300 000 personnes.

Wang Xiaoyun, chef du groupe chinois pour le développement de la technologie de téléphonie mobile 5G et directeur général du département des technologies de China Mobile, avait antérieurement annoncé que le projet avait réuni les sociétés Huawei, Nokia, 2TR, Ericsson, Intel et DTT.

Il s'agit de la deuxième étape des tests. D'après Wang Xiaoyun, la première étape des essais a permis de tester le fonctionnement des principales technologies de réseaux sans fil.

Selon le ministère de l'Industrie, Pékin compte créer deux millions de stations d'émission 4G d'ici 2018 et commercialiser la technologie 5G d'ici 2020.
La technologie 5G pourrait permettre des débits de télécommunication mobile, de plusieurs gigabits de données par seconde. Cela signifie par exemple qu'une vidéo en haute définition d'une heure pourra être chargée en seulement six secondes.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Samsung devance ses concurrents avec 5G
L'UE a alloué 50 millions d'euros pour le développement du réseau 5G
Test réussi du réseau 4G
Tags:
technologie 4G, technologie 5G, Internet, téléphonie mobile, Digital Terrestrial Television (DTT), Intel, Ericsson, Nokia, Huawei, Wang Xiaoyun, Pékin, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook