Ecoutez Radio Sputnik
    La vie

    Le lien entre la longévité et le métabolisme lipidique découvert

    © Sputnik. Alexei Danichev
    Sci-tech
    URL courte
    3243

    La biologie contemporaine prête attention aux problèmes liés à l’espérance de vie. Des progrès ont été faits: des chercheurs russes et leurs collègues étrangers ont réussi à partiellement comprendre l’influence des mécanismes du métabolisme lipidique sur la longévité.

    Les scientifiques russes de Skoltech et de l'Institut des problèmes de la transmission de l'information de l'Académie russe des sciences et leurs collègues étrangers ont découvert un lien entre l'espérance de vie d'une espèce et son métabolisme lipidique. La revue Scientific Reports publie un article à ce sujet.

    Selon la chercheuse de Skoltech et de l'Institut Ekaterina Khrameeva, le lien découvert est un résultat important mais les données sur les espèces de mammifères, découvertes par l'équipe, sont encore plus précieuses.

    « Auparavant, l'évolution d'un lipidome n'était étudiée que pour quatre espèces. Nos données concernant 35 espèces pourraient permettre d'obtenir de nouveaux résultats plus intéressants », raconte Mme Khrameeva.

    L'espérance de vie d'un humain n'est pas un indice constant : elle n'a cessé d'augmenter avec le développement de la science et de la médicine. Aujourd'hui, les humains vivent plus de 60 ans dans la plupart des pays du monde et au Japon et dans plusieurs autres pays, elle est de plus de 80 ans.

    Dans le même temps, pour un grand nombre d'espèces, une durée maximale de vie existe. Dès que les animaux l'atteignent, ils meurent de vieillesse. Ces dernières années, les scientifiques discutent de la question de savoir si les humains sont eux aussi concernés par un tel mécanisme.

    Les scientifiques ont supposé que la différence d'espérance de vie entre les espèces pourrait provenir des interactions entre les cellules des organes et les molécules lipidiques. Pour vérifier cette théorie, les chercheurs ont comparé la structure moléculaire de 669 échantillons lipidiques.

    Les scientifiques ont ainsi découvert que les particularités dans la structure des molécules lipidiques, utilisées dans les cellules, étaient liées à la durée de vie des mammifères. Selon les estimations des chercheurs, les particularités moléculaires influent sur la vitesse du métabolisme.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Le secret de la longévité de la plus ancienne civilisation au monde dévoilé
    Japon: le secret de la longévité des reines termites enfin dévoilé
    Les chercheurs russes montrent que les fenêtres peuvent générer de l’énergie
    Les chercheurs découvrent des galaxies hors des lois du modèle standard
    Tags:
    longévité, chercheurs, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik