Ecoutez Radio Sputnik
    Les exoplanètes pourraient «échanger» des micro-organismes!

    Les exoplanètes pourraient «échanger» des micro-organismes!

    © Photo. Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    1104

    Depuis la découverte de sept planètes se trouvant hors du Système solaire, les astronomes aimeraient savoir si elles sont réellement habitables. Les résultats de leurs recherches plus approfondies démontrent qu’elles pourraient non seulement abriter la vie mais aussi «échanger» des micro-organismes!

    La découverte par la NASA d'un système de sept planètes connu sous le nom de TRAPPIST-1 a beaucoup intrigué les scientifiques qui sont impatients de découvrir quelles autres surprises il pourrait leur réserver. Les conditions de vie sur ces exoplanètes ainsi que la distance entre elles ont incité les astronomes à penser que ces dernières pourraient non seulement être habitables mais également capables d'échanger des micro-organismes.

    Cette théorie qui est, d'ailleurs, aussi bien applicable à la Terre, suppose que des germes peuvent voyager dans l'espace à l'aide d'objets cosmiques comme, par exemple, des météorites. Des scientifiques de l'Université de Harvard et du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics ont constaté que les exoplanètes du système TRAPPIST-1 se trouvent à une distance qui est dix fois moins grande que celle qui sépare la Terre de Mars, ce qui augmente les chances d' échange spatial des micro-organismes de 103 fois.

    ​Un autre groupe de chercheurs s'est fixé pour objectif de vérifier combien de planètes de ce système pourraient être habitables. Les résultats de leurs recherches montrent que seulement trois des sept exoplanètes, à savoir les planètes e, f et g, reçoivent assez de chaleur pour pouvoir abriter la vie.

    ​Néanmoins, les savants de l'Université Cornell ne partagent pas ce point de vue, estimant qu'une planète possédant de l'atmosphère pourrait être habitable malgré sa distance plus éloignée.

    Dans tous les cas, les hypothèses émises ne pourront être confirmées ou niées que lorsque de nouveaux résultats seront obtenus.

    Ainsi, le télescope spatial James-Webb, qui est le plus sophistiqué, pourrait fournir aux astronomes des informations plus complètes et détaillées. Il sera lancé en octobre 2018 et permettra d'observer les exoplanètes en question grâce à un spectre infrarouge. Cette analyse plus performante sera capable de déterminer avec plus d'assurance si les conditions vitales existent bien sur ces planètes.

    Après sa découverte en mai 2016, plusieurs astrophysiciens ont mis en doute l'existence de la sœur jumelle de notre planète, estimant que l'astre à proximité duquel se trouve TRAPPIST-1d avait perdu sa luminosité à cause d'un autre objet céleste qu'ils ne sont pas encore parvenus à découvrir. Cependant, une étude détaillée du système de l'exoplanète a montré qu'il n'y avait pas d'autres astres, ce qui signifie qu'une série de planètes sont situées dans la zone potentiellement habitable de leur étoile.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Un chercheur de la NASA présente une solution pour rendre Mars habitable
    La NASA veut construire un tunnel reliant Mars au Soleil
    Vers où les futurs lanceurs de la NASA sont-ils pointés?
    La NASA publie une photo unique de la surface martienne
    Tags:
    États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik