Ecoutez Radio Sputnik
    Simulador Cubesat

    L’ère des pommes de terre martiennes s’approche à grands pas

    © Photo. International Potato Center CIP
    Sci-tech
    URL courte
    5103

    Dans une interview accordée à Sputnik, le docteur Julio Valdivia-Silva, un scientifique péruvien du Centre international de la pomme de terre (CIP), s’est prononcé sur quand est-ce que l’humanité aurait enfin l’occasion de goûter un aliment qui pour l’instant est inaccessible: la pomme de terre provenant de Mars.

    Pourriez-vous imaginer qu'un jour des frites martiennes seront disponibles ? Le programme « Pommes de terre sur Mars » (Potatoes on Mars), lancé il y a un an par les scientifiques du Ames Research Center de la NASA, pourrait faire en sorte que cela devienne réalité.

    L'interlocuteur de Sputnik, Julio Valdivia-Silva, un chercheur de la NASA, explique comment une équipe de scientifiques de l'Université d'ingénierie et des technologies du Pérou (UTEC) recrée les conditions extrêmes sur Terre afin de comprendre quelles variétés de pommes de terre pourraient pousser sur la planète rouge.

    Dans toute la diversité de la flore, les scientifiques ont choisi la pomme de terre pour mener leurs recherches puisque depuis son arrivée en Europe du continent américain en 1510, « elle s'est accommodée à toutes les conditions climatiques. […] Il existe des témoins selon lesquels des gens ont survécu en ne consommant que des pommes de terre ».

    Pommes de terre martiennes
    Pommes de terre "martiennes"

    En guise d'exemple d'endroits qui ressemblent à la surface de Mars et qui sont parfaits pour y faire des recherches, le scientifique cite quelques lieux en Espagne riches en minéraux existant également sur la planète rouge, l'Antarctique et la toundra russe, dont le sol ressemble au celui de Mars, puis le désert d'Atacama au Chili ou la steppe La Joya au sud du Pérou.

    Ainsi, les chercheurs ont transféré 300 kg de terre de cette steppe à Lima pour déterminer quelles variétés de pommes de terre pourraient pousser sur Mars. En fin de compte, deux variétés sur 75 se sont accommodées à ce sol. Outre le sol, il existe une seule condition que l'on ne peut pas recréer sur Terre : c'est la gravité, poursuit le chercheur. Pourtant, selon les données intéressantes recueillies à la Station spatiale internationale (ISS), l'effet de la gravitation n'est pas si important.

    Pour étudier les autres conditions, les chercheurs ont développé des simulateurs. Ainsi, le docteur Julio Valdivia-Silva et l'exobiologiste Chris McKay du Ames Research Center ont confectionné eux-mêmes le simulateur Cubesat qui n'a coûté que 3 000 dollars. À l'intérieur du simulateur, les pommes de terre poussent dans des conditions « martiennes » de pression, de température et de haute concentration du gaz carbonique. Il est possible d'observer ce processus exceptionnel « en direct » sur le site dédié à ces fins.

    Lors de la prochaine étape, les chercheurs amélioreront le sol à l'aide d'instruments bio- et nano-technologiques en essayant également de génétiquement modifier les pommes de terre, ce qui montrera si elles sont consommables ou non. Grâce à des technologies qui sont en train d'être développées, les scientifiques espèrent pouvoir cultiver des pommes de terre sur Mars dans cinq ou six ans voire, au pire, dans huit ans.

    « Notre travail sur l'étude de la bio-culture capable de survivre dans des conditions extrêmes […] élargit considérablement nos connaissances. Cela nous permettra également de cultiver des aliments dans des conditions extrêmes sur Terre où rien ne pousse ou là où la désertification est devenue un véritable problème », conclut le chercheur.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    La Russie évacue du Venezuela ses spécialistes qui entretenaient du matériel technique
    Castaner n'exclut pas que la police soit à l'origine de la disparition d'un fêtard à Nantes
    Tags:
    pommes de terre, recherches, recherche, nanotechnologies, NASA, Lima, Pérou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik