Ecoutez Radio Sputnik
    Déchets radioactifs

    La Russie entame un vaste projet de centres de stockage souterrain des déchets radioactifs

    © AP Photo / Douglas C. Pizac
    Sci-tech
    URL courte
    2151

    Le stockage des déchets radioactifs est un sujet important dans le domaine de l'industrie nucléaire, qui, selon des experts, hante surtout la société civile. Cependant les pays-utilisateurs de produits nucléaires assurent avec des technologies efficaces la gestion et le stockage sûr des déchets radioactifs. La Russie ne fait pas exception.

    Denis Egorov, directeur général de l'entreprise publique, l'Opérateur national pour la gestion des déchets radioactifs (NO RAO), a raconté dans une interview à Sputnik comment la Russie sécurisait ses déchets nucléaires, pourquoi les centres de stockage souterrain de déchets radioactifs étaient baptisés « poupées russes » et comment ils assurent l'isolement sûr des déchets radioactifs pendant des siècles.

    L'opérateur national pour la gestion des déchets radioactifs a été créé en Russie il y a cinq ans. Sa mission est de concevoir et de construire des centres de stockage souterrain de déchets radioactifs.

    M. Egorov a raconté que, pour établir cet organisme, la Russie avait analysé les expériences d'autres pays aux industries de l'énergie nucléaire développées.

    « Pour nous, l'approche qui convient le plus est l'expérience de la création d'une telle entreprise en France. Il y a une organisation similaire qui existe depuis 1991 [il s'agit de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs, ANDRA, ndlr] », a-t-il précisé.

    La réalisation la plus importante de l'entreprise publique depuis sa création, selon M. Egorov, est qu'elle a réussi à concevoir et à obtenir toutes les licences et les permis pour la construction d'une installation spéciale dans la région de Krasnoïarsk, où il est prévu de stocker les déchets les plus dangereux et toxiques de moyenne et haute activités à vie longue, qui proviennent pour l'essentiel du traitement des combustibles utilisés dans les centrales nucléaires.

    Compte tenu de l'expérience étrangère, d'après l'interlocuteur de Sputnik, il a été décidé de construire d'abord un laboratoire de recherche souterrain destiné à l'étude de la faisabilité d'un stockage géologique profond dans un massif granitique.

    « En France, un laboratoire de ce type fonctionne déjà et une loi autorisant la construction d'un tel centre de stockage a été adoptée l'année dernière. Les Français utilisent un massif argileux. En Finlande, en 2015, une licence pour la construction d'une installation similaire a été délivrée. Ils, comme nous, ont l'intention de construire un laboratoire dans un massif granitique, qui est une barrière naturelle très fiable », a expliqué M. Egorov.

    Le laboratoire, qui sera construit d'ici à 2024, est unique. Il sera composé de quatre puits de plus de 500 mètres de profondeur (pour des déchets de haute activité), reliés par des passages horizontaux d'une longueur totale de cinq kilomètres (pour des déchets de moyenne activité à vie longue).

    Denis Egorov a également déclaré qu'après l'achèvement du projet la Russie serait en mesure d'exporter son expérience et les technologies qui seront utilisées lors de la création du laboratoire de recherche souterrain, ainsi que les résultats des recherches.

    Par ailleurs, il a informé que l'entreprise avait déjà commencé à exploiter le premier centre de stockage du pays, qui accueille les déchets de faible et moyenne activités à vie courte dans la ville de Novouralsk (non loin d'Iekaterinbourg), de la capacité de 15 000 mètres cubes, qui sera augmentée jusqu'à 54 000 mètres cubes d'ici 2020. En 2021, il est prévu de construire une autre installation de ce type d'une capacité de 214 000 mètres cubes.

    M. Egorov a mis en garde contre certains préjugés qui ont la vie dure en ce qui concerne la gestion des déchets radioactifs, soulignant que la technologie de stockage souterrain ne présentait aucune menace ni pour les humains, ni pour l'environnement.

    « Ce sont des installations avec une protection multicouches de béton armé, qui est parfois appelée "poupée russe", garantissant la sécurité pour des centaines d'années. Si nous parlons du centre de Novouralsk, là-bas les déchets sont stockés à 10 mètres sous terre. Quand le centre sera fermé, il n'y aura plus qu'une pelouse verte », a-t-il conclu.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Médecine nucléaire : la Russie augmente la production des isotopes qui soignent le cancer
    Le réacteur nucléaire russe BN-800 est le meilleur selon les USA
    Nucléaire: une percée russe pour accroître l'efficacité des centrifugeuses
    Moscou pour la non-prolifération nucléaire, mais contre le «zéro nucléaire»
    Tags:
    hautes technologies, site de stockage, déchets radioactifs, nucléaire, écologie, Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA), Opérateur national pour la gestion des déchets radioactifs (NO RAO), Rosatom, Denis Egorov, Krasnoïarsk, Oural, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik