Sci-tech
URL courte
7280
S'abonner

Les chercheurs de l'Institut de physique nucléaire de Novossibirsk (Sibérie occidentale) ont développé un appareil destiné à combattre les tumeurs aujourd'hui considérés comme inopérables.

Un accélérateur d'ions compact destiné au traitement des tumeurs malignes, dont celles se trouvant dans le cerveau, a été créé par les scientifiques de l'Institut de physique nucléaire de Novossibirsk. Bien que la technologie soit toujours en cours de test, les expériences effectuées sur un gliome du cerveau ont permis de constater l'efficacité de la méthode.

L'appareil vient d'être présenté au premier vice-président de la Douma (chambre basse du parlement russe) Alexandre Joukov, rapporte le journal Rossiïskaïa Gazeta. Selon le service de presse de l'Institut, la nouvelle méthode de traitement est basée sur la thérapie par capture de neutrons par le bore, qui consiste à détruire de façon sélective les cellules tumorales.

Avant d'activer l'accélérateur, une solution contenant du bore est injectée dans le sang du patient, après quoi les cellules cancéreuses sont exposées à des flux de neutrons épithermiques générés par l'appareil. Lorsque les noyaux du bore accumulé dans les tissus absorbent ces neutrons, des réactions nucléaires s'y produisent avec la libération de grandes quantités d'énergie, ce qui entraîne la destruction des cellules infectées ou cancéreuses.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Le premier médicament russe anti-cancer attendu vers 2018
Lutte contre le cancer: nouvelle percée pour le traitement par les plantes
Les explosions de supernovas provoquent-elles le cancer?
Tags:
accélération, thérapie, cancer, Institut de physique nucléaire de Novossibirsk, Alexandre Joukov, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook