Sci-tech
URL courte
14142
S'abonner

Dans le cours d’une observation de routine, des astronomes américains sont tombés sur des flashs spatiaux qui émettaient 1.000 fois plus d’énergie que les autres corps célestes situés dans cette partie de notre Univers. Leur origine mystérieuse reste toujours à préciser.

Les astronomes de l'observatoire de rayon X Chandra (Université de Harvard aux États-Unis) ont réussi à identifier, aux confins de notre Univers, des flashs mystérieux dont la luminosité est 1 000 fois plus intense que celle de toutes les étoiles situées dans leur périmètre immédiat, écrit le journal The Independent.

Notons au passage que ces « explosions spatiales » ont été recensées dans une petite galaxie située à quelque 10,7 milliards d'années-lumière de notre planète, dans une région connue sous le nom de « champ profond de Chandra sud ».

Au demeurant, les scientifiques ne peuvent toujours pas expliquer la nature des phénomènes observés, ce qui donne lieu à toutes sortes de conjonctures.

« Il n'est pas exclu qu'on ait observé un nouveau type de cataclysme spatial. Quoi qu'il en soit, on a besoin de beaucoup plus d'observations pour pouvoir comprendre à quoi on a vraiment affaire », souligne le chercheur Kevin Schawinski (ETH, Université de Zurich).

Toujours est-il que certains chercheurs supposent d'ores et déjà que cette série d'explosions ait pu être provoquée par une étoile à neutrons, par une naine blanche ou par une étoile massive.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

La planète Mars, terrain de jeu pour les extraterrestres?
Bientôt une invasion de robots extraterrestres sur la planète Terre?
Un ex-responsable de la NASA lance un projet de recherche des extraterrestres
Tags:
Univers, espace, flash, science
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook