Ecoutez Radio Sputnik
    Vers un été interminable au XXIIIe siècle? Nouveaux détails sur le réchauffement global

    Vers un été interminable au XXIIIe siècle? Nouveaux détails sur le réchauffement global

    © Photo. Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    8312

    Il est notoire que la concentration du dioxyde de carbone augmente constamment pour de nombreuses raisons, mais les scientifiques préviennent: aux XXIIe ou XXIIIe siècles, son niveau rendra le climat de notre planète similaire à celui de l'époque du Trias, aride et chaud.

    Le niveau de dioxyde de carbone dans l'atmosphère de la Terre s'accroît sans relâche et s'est élevé, au cours des 150 dernières années, de 280 ppm dans l'ère pré-industrielle à 405 ppm en 2016. Ce qui n'est pas record : dans les prochains siècles, le climat de la planète ressemblera à celui du Trias, chaud et aride, avec une concentration de dioxyde de carbone d'environ 2 000 ppm.

    Certains scientifiques insistent sur le fait que ces niveaux tendent à basculer et qu'il ne faut pas ainsi s'en préoccuper. Pourtant, Gavin Foster, professeur de l'Université de Southampton, au sud de l'Angleterre, dans le Hampshire, a analysé avec ses collègues plus de 1 200 bases de données afin de lever les doutes à propos des niveaux menaçants de dioxyde de carbone et de leur impact sur le climat. Dans leur vaste étude, ils ont compilé les données en l'espèce récoltées pendant ces dernières 420 millions d'années.

    Les chercheurs ont réussi à rétablir en détail les fluctuations naturelles de la concentration du dioxyde de carbone sur la période analysée et à détecter son essor manifeste au début de l'époque industrielle. Selon eux, si l'humanité continue à brûler les combustibles fossiles à ce même rythme, le climat de la Terre deviendra similaire à celui de l'époque du Trias (subdivision de l'ère Mésozoïque comprise entre —252,2 ± 0,5 et —201,3 ± 0,2 millions d'années, ndlr). A cette époque-là, il faisait chaud et aride et la concentration de dioxyde de carbone s'élevait à 2 000 ppm.

    Outre l'effet de serre, un autre facteur important éveillant les préoccupations est l'activité solaire, poursuivent les auteurs de l'étude. Combinés, ces deux facteurs peuvent avoir un impact sérieux sur le climat, accélérant les processus naturels.

    « En raison des réactions nucléaires, le Soleil devient de plus en plus brillant », a raconté le co-auteur de l'étude Dan Lunt dans un communiqué de presse. « Ce qui veut dire que, malgré la concentration de dioxyde de carbone assez élevée dans l'Antiquité, l'effet de chauffage pur était inférieur. »

    Par conséquent, la Terre devrait s'attendre à un réchauffement climatique sans précédent et à des records de température jamais recensés.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Réchauffement climatique: la Russie perd des îles
    L’Arctique risque-t-il un réchauffement - militaire ou autre?
    Les voitures électriques vaincront-elles le réchauffement climatique?
    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, d'après AP
    Tags:
    étude, dioxyde de carbone, effet de serre, climat, réchauffement climatique, chercheurs, science, Terre
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik