Ecoutez Radio Sputnik
    Réseaux sociaux

    Les réseaux sociaux et le bien-être de nos enfants ne font pas bon ménage

    Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    240181

    Plus les enfants passent de temps sur les réseaux sociaux, plus malheureux ils se sentent dans leur vie quotidienne, affirment des chercheurs de l'Université de Sheffield.

    D'après une étude commandée par l'Institut de recherche sur l'avenir du travail (IZA), une heure par jour passée sur les réseaux sociaux réduit de 14 % les chances des ados d'être satisfait de leur vie.

    Les enfants passionnés de Facebook, Snapchat, WhatsApp ou Instagram se sentent moins heureux en ce qui concerne leurs études, plus préoccupés de leur apparence et insatisfait de leurs relations familiales. Dans les même temps, les amateurs de réseaux sociaux sont plus satisfaits de leurs rapports avec les amis, constatent les scientifiques.

    Toujours d'après eux, l'utilisation des réseaux sociaux affecte plus le bien-être des filles que celui des garçons. L'étude a été réalisée entre 2010 et 2014 sur un échantillon de 4 000 enfants âgés de 10 à 15 ans.

    Selon les évaluations de l'Office of communications (Ofcom) du Royaume-Uni, le temps passé sur la toile des enfants âgés de 8 à 15 ans a plus que doublé au cours de la dernière décennie. Aujourd'hui, les adolescents britanniques passent 3,5 fois plus de temps sur la Toile que devant le poste de télévision.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Sept arnaques des réseaux sociaux que vous avez acceptées sans le savoir
    Quand les réseaux sociaux favorisent le trafic de migrants
    Les réseaux sociaux, nouvel outil de gouvernance pour les présidents
    Tags:
    enfants, réseaux sociaux, Ofcom, Institut de recherche sur l'avenir du travail (IZA), Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik