Sci-tech
URL courte
487
S'abonner

Le célèbre chirurgien Cy-Yoon Kim, premier à avoir transplanté la tête d'un animal sur un nouveau corps, explique pourquoi l'élaboration de méthodes pour ce type de greffe avance aussi lentement et émet l'hypothèse qu'un jeune corps pourrait rajeunir un vieux cerveau.

Le professeur Kim est l'un des chirurgiens les plus connus et controversés aussi bien en Corée du Sud qu'à travers le monde. Son laboratoire de l'université de Konkuk a réalisé toutes les expériences de greffe de corps et de cicatrisation de la colonne vertébrale sur des rats selon les méthodes mises au point par le chirurgien italien Sergio Canavero.

les médecins
© Sputnik . Igor Zarembo
Ces derniers temps, il s'est concentré sur la connexion des nerfs de la moelle épinière pour réaliser une transplantation du corps entier. Grâce aux études menées précédemment, la liaison des nerfs de la moelle épinière est de plus en plus plausible. Dans les faits, les méthodes de jonction des nerfs de la moelle épinière peuvent être utilisées non seulement lors d'une greffe de corps, mais également pour soigner des patients ayant des lésions au niveau de la moelle épinière.

Initialement, le professeur Kim était spécialisé dans les cellules souches humaines. Il possède également beaucoup d'expérience dans l'étude des produits de thérapie cellulaire utilisant des cellules souches. Mais à cause des limitations technologiques actuelles, il reste très difficile d'avancer dans le domaine de la thérapie cellulaire, par exemple pour le remplacement d'organes. C'est pourquoi aujourd'hui, la thérapie cellulaire recours essentiellement au réfrénement de l'infection en utilisant les cellules souches, ainsi que la production d'immunocytes. En cas de progrès, il serait possible de passer aux soins de la rétine de l'œil ou du pancréas. D'après le chirurgien, « se concentrer sur les cellules souches humaines à part est l'orientation la plus pratique aujourd'hui ».

« Avec la moelle épinière c'est plus compliqué: de nombreux collègues cherchent à remédier aux conséquences des lésions de la moelle épinière à l'aide de cellules souches, or le financement des soins régénératifs diminue à cause d'un grand nombre d'échecs. Je pense que l'introduction de cellules souches dans une zone déjà lésée pourrait être inefficace », estime Cy-Yoon Kim.

Selon ce dernier, les recherches actuelles utilisant les cellules souches ne peuvent pas constituer la base des soins des lésions de la moelle épinière. A terme, il sera tout de même possible de recourir aux nouveaux matériaux et aux soins par électrostimulation.

Cy-Yoon Kim pense que la création d'interfaces neuronales directes ( cerveau-machine ) reste un domaine prioritaire et le plus efficace pour accroître considérablement la durée de vie de l'homme, et que « la préservation de la mémoire et l'imitation du cerveau sont possibles ». Il considère également que la greffe de corps sera le projet le plus abouti pour prolonger la vie humaine.

L'entrepreneur Elon Musk a fondé la compagnie Neuralink et a lancé des recherches sur l'IND. Cette technologie ne pourra probablement pas être utilisée dans la vie quotidienne avant 2040 mais à terme, elle permettra d'accroître la durée de vie grâce au transfert de la personnalité de l'homme sur une puce.

La théorie du rajeunissement grâce à l'obtention d'un sang frais a été confirmée depuis longtemps par de nombreuses études. Le niveau de rajeunissement dépend notamment du fonctionnement du corps plus jeune.

En 2015, les chercheurs ont confirmé que les sujets âgés rajeunissaient après avoir obtenu du sang frais. Quand un vieux rat recevait du sang de ses jeunes congénères il rajeunissait — cerveau y compris. Il s'avère que les facteurs de croissance, les hormones et les immunocytes sains reçus par un individu vieillissant avec le sang de donneurs plus jeunes le font rajeunir.

Le cerveau d'un adulte contient de nombreuses cellules souches mais leur activité diminue avec l'âge, et il n'apparaît plus de nouveaux neurones. Dès à présent nous pouvons isoler ces cellules du cerveau d'une souris adulte, les multiplier et les manipuler pour rétablir leur nombre initial. « La même chose peut être faite avec le cerveau humain. En présence de composants corrects dans le sang jeune, les cellules souches vieillissantes du cerveau peuvent retrouver leurs fonctions », affirme le professeur. « Les maladies dégénératives du cerveau sont provoquées par des formes anormales de vieillissement des cellules immunitaires. En rétablissant leur fonctionnement, la cause même de la destruction des cellules du cerveau disparaît. En ce qui concerne la maladie d'Alzheimer, les cellules du cerveau peuvent être nettoyées des glomus de protéine tau et de bêta-amyloïde, et dans le cas de la maladie de Parkinson il s'agit de détruire les alpha-synucléines. »

Quant à l'aspect éthique de la greffe de tête, on procède bien depuis 1999 à la transplantation de mains et d'autres organes — et les percées dans ce domaine chirurgical sont grandement appréciées. Une greffe de main est une opération normale du point de vue éthique, alors que pouvons-nous dire d'une greffe de pied ? C'est également normal d'un point de vue éthique. Qu'en est-il de la greffe de la partie inférieure paralysée d'un homme ? Le fond de cette question est très simple: nous ne pouvons pas jugr la greffe d'un corps du point de vue éthique de certaines personnes.

« Certains pensent que la greffe d'organes d'un corps sauvera les vies de beaucoup de personnes, et non d'un seul en cas de greffe de tête. Je pense que c'est un point de vue éthique utilitaire obsolète. On ne peut pas juger de la valeur d'une vie et la comparer avec une autre. Il faut penser plus simplement. Il n'y a rien de mal dans ma volonté d'aider Valeri. Je veux simplement l'aider et je ferai tout pour aider mon ami », a conclu Cy-Yoon Kim.

Lire aussi:

Cultiver des organes humains chez les animaux, c'est pour bientôt!
Des Russes fabriquent une rétine d'œil transplantable à partir de cellules reprogrammées
Les imprimantes 3D bio russes à la pointe de la technologie médicale (Vidéo)
Première greffe de tête: mais d’abord les animaux
Tags:
greffe, chirurgie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook