Ecoutez Radio Sputnik
    Vers la lune Martienne: la France et le Japon examineront des échantillons du sol

    Vers les lunes martiennes: la France et le Japon examineront des échantillons du sol

    © Sputnik .
    Sci-tech
    URL courte
    153

    La France et le Japon ont convenu d'un projet commun pour examiner les lunes martiennes, et en particulier Phobos. Ils ont l’intention de mettre en œuvre cette mission en 2024.

    La France et le Japon ont signé un accord préliminaire pour l'étude de Phobos, satellite de la planète Mars. Dans le cadre de ce projet commun, les deux pays envisagent d'envoyer en 2024 un vaisseau spatial sur Phobos. Il observera en premier lieu le satellite de son orbite, puis un module d'atterrissage y attirera et prélèvera un échantillon de sol. Enfin, après avoir décollé, le module acheminera l'échantillon jusqu'à la Terre ou il sera examiné plus en détail dans un laboratoire. En fait, la mission répétera le projet russe échoué « Phobos-Grunt » (c'est-à-dire sol de Phobos) qui avait été envoyé au satellite de Mars en 2011, rappelle Phys.org.

    « C'est une mission très importante, car, exceptée ceux de la Lune, ce seront les premiers échantillons d'un satellite d'une planète à être ramenés sur Terre », a déclaré par téléphone à l'AFP le chef du Centre national français pour les études spatiales (CNES), Jean-Yves Le Gall.

    La surface martienne
    © REUTERS / NASA/JPL-Caltech/Univ. of Arizona
    Dans les déclarations des chefs des agences spatiales des deux pays il est indiqué que Phobos est un objet très intéressant pour la recherche. Légèrement en forme d'œuf, Phobos fait 27 kilomètres de diamètre de bout en bout. Sa nature est l'objet d'une controverse chez les scientifiques, est-elle formée de la même matière que Mars, ou bien est-ce un astéroïde accidentellement capturé par la planète rouge?

    On suppose que jusqu'à un tiers de son volume est occupé par d'énormes vides ou grottes. La distance moyenne de Mars à sa lune est de seulement 9 400 km, il est donc avantageux d'y placer une base contrôlant des véhicules explorant Mars. Il faut prendre en compte le retard dans la transmission des signaux radio. Ceux de Curiosity voyagent environ vingt-quatre heures, la distance Terre — Mars se comptant en dizaines de millions de kilomètres.

    En outre, la gravité sur Phobos est très faible et il n'y a pas d'atmosphère sur la lune martienne. Par conséquent, y faire atterrir des machines de recherche et assurer la livraison des échantillons du sol à la Terre est beaucoup plus facile que dans le cas de Mars.

    « Ce sera deux fois plus simple parce que la sonde ne passera pas par l'atmosphère martienne », a expliqué M. Le Gall.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    La planète Mars, terrain de jeu pour les extraterrestres?
    De magnifiques photos qui prouvent que Mars n’est pas la planète rouge
    Mars est-elle une planète de singes et d'œuvres d'art?
    La vie sur Mars? Toujours possible!
    Tags:
    orbite, capsule spatiale, coopération spatiale, satellite, Centre national d'études spatiales (CNES), Phobos, Mars, Japon, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik