Ecoutez Radio Sputnik
    métal

    Une méthode de production «bon marché» de métaux non ferreux voit le jour en Russie

    © Photo. pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    11258210

    Une équipe de scientifiques russes a élaboré une nouvelle méthode révolutionnaire d’extraction de métaux non ferreux qui permettra de rendre leur production moins coûteuse et plus écologique à bien des égards.

    La surface martienne
    © REUTERS/ NASA/JPL-Caltech/Univ. of Arizona
    Des chimistes russes ont mis au point une nouvelle méthode facilitant l'extraction du cuivre, du nickel et du molybdène à partir de minerais, ce qui permettra de rendre leur production moins coûteuse et d'améliorer à la longue l'écologie des zones industrielles, a déclaré dans un communiqué l'Université russe de technologie et de recherche MISiS.

    « Notre technologie possède quatre avantages principaux. Premièrement, elle est moins coûteuse grâce à une réduction d'énergie grise; deuxièmement, le niveau d'extraction du métal est plus élevé; troisièmement, la technologie est plus écologique, les émissions de dioxyde de soufre étant réduites, voire éliminées complètement; quatrièmement, les produits obtenus sont faciles à porter à l'état de finition », explique Alexander Medvedev, en charge des recherches.

    Selon lui, la plupart des minerais contiennent des métaux non ferreux en forme de compositions de soufre insolubles, difficiles à transformer en substances solubles. En règle générale, on commence par brûler ces minerais pour que le soufre se transforme en dioxyde de soufre, puis on réduit par cuisson les oxydes de métaux ainsi obtenus dans des fours de fusion.

    Or, les scientifiques russes proposent d'utiliser une autre méthode, qui permettrait de se débarrasser efficacement de toute émission de dioxyde de soufre lors d'un cycle de production.

    Selon leur méthode, les minerais sont d'abord fritté avec du sel alimentaire (NaCl) ou du chlorure de potassium (KCl), avant d'être traités avec de l'eau. Ainsi, au terme de cette procédure, on parvient à obtenir une poudre composée de dioxydes de métal qu'on peut facilement dissoudre dans de l'acide en vue d'extraire le cuivre, le nickel ou le molybdène qu'elle contient par le biais de réactions chimiques ou électrochimiques.

    Dans les mois à venir, les scientifiques espèrent mettre leur technologie à la disposition de plusieurs installations industrielles en Russie et, le cas échéant, à l'étranger.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Métaux ferreux: exportations russes en hausse (douanes)
    Des monnaies en métaux précieux sont frappées en Russie
    Métaux: Metalloinvest prêt à fusionner avec Norilsk Nickel
    Tags:
    métaux, production, science, écologie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik