Sci-tech
URL courte
162
S'abonner

Les gènes gèrent les préférences alimentaires de l'homme. Leurs mutations expliquent la tendance au régime végétarien ou le goût pour la viande, ont conclu des chercheurs.

Des généticiens espagnols ont découvert que des mutations dans certains gènes définissaient la préférence de l'homme pour différents types de nourriture, comme le chocolat ou le sel, la nourriture grasse ou les légumes, a-t-il été annoncé lors de la conférence Experimental Biology 2017 qui se déroule actuellement à Chicago.

« Nous avons essayé, pour la première fois, d'établir comment les gènes liés au fonctionnement du cerveau influent le régime d'un homme sain », a déclaré Silvia Berciano de l'université autonome de Madrid.

L'épidémie d'obésité qui a envahi le monde a poussé il y a quelques années les scientifiques à chercher les gènes responsables de l'appétit de l'homme, du sentiment de la faim et de satiété, ainsi que des préférences alimentaires. Les premiers gènes de ce genre ont été découverts l'année dernière par des chercheurs britanniques, qui ont établi que des mutations dans le gène MC4R poussaient l'homme à avoir un faible pour la nourriture grasse. Certaines versions des gènes FADS1 et FADS2 sont liées aux préférences végétariennes des Hindous et des habitants de l'Asie de l'Est.

Mme Berciano et ses collègues ont essayé de trouver des gènes semblables en étudiant les régimes et les petites mutations de l'ADN chez quelque 800 hommes et femmes européens vivant en Espagne.

Ils ont donc comparé près de 1 500 mutations probablement liées au régime aux aliments consommés par les volontaires pour découvrir que les gènes géraient en effet les préférences alimentaires de l'homme.

Par exemple, les différentes variations du gène FTO sont responsables de la quantité de légumes et de cellulose consommés, tandis que les gènes CREB1 et GABRA2 déterminent l'attitude envers le sel et les produits salés.

De nombreuses variations de gènes sont liées à la probabilité de l'obésité, ce qui permettra de lutter contre ce fléau ou de l'éviter.

Les chercheurs envisagent de vérifier s'il existe des règles similaires chez les autres races et groupes ethniques.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Non, nos ancêtres n'étaient pas adeptes de la grasse matinée
Vivre jusqu'à 150 ans, est-ce vraiment si bien que ça?
Les hommes qui épousent des femmes instruites vivent plus longtemps
Une pilule pour vivre jusqu’à 120 ans. Mythe ou réalité?
Tags:
santé, régime alimentaire, nourriture, science, gènes, Silvia Berciano, Espagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook