Ecoutez Radio Sputnik
    Des scientifiques découvrent la nature des fissures géantes en Antarctique

    Des scientifiques découvrent la nature des fissures géantes en Antarctique

    © REUTERS / Pauline Askin
    Sci-tech
    URL courte
    1174

    Des chercheurs ont récemment fait part de leurs réflexions sur la question de la fonte des glaces et de la formation de fissures énormes en Antarctique. Il s'est avéré que ce sont les vents chauds et secs connus comme le phénomène météorologique nommé l’effet de foehn qui en sont responsables.

    La cause de la fonte rapide des glaces en Antarctique et la formation de fissures énormes sont les vents puissants et chauds qui chauffent presque toujours la surface de glaciers en été et au printemps, ont déclaré les chercheurs lors de la conférence de l'Union européenne des géosciences.

    « Nous savions déjà que les glaciers en Antarctique fondent souvent pendant l'été. Nous avons constaté que les vents chauds connus en météorologie sous le nom l'effet de foehn commencent à souffler déjà en septembre, trois mois avant le début de l'été en Antarctique, et même à ce moment la glace commence à fondre. Maintenant, nous savons que les vents soufflent en permanence et ce fait pourrait nous aider à évaluer à quel point ils affectent l'état des plateaux de glace » indique Jenny Turton de l'expédition antarctique britannique.

    Ce phénomène météorologique est le plus souvent rencontré dans les montagnes et est constitué de courants d'air chaud et sec. En raison de l'effet de foehn, le climat dans les montagnes est souvent plus doux que comme prévu par les climatologues. Mais dans certains cas, ce phénomène provoque des avalanches et des inondations, car il accélère la fonte des neiges et de la glace.

    Mme Turton et ses collègues ont constaté que les vents chauds étaient l'un des principaux « chefs d'orchestre » du climat en Antarctique, ayant analysé les données des stations de surveillance météorologique sur le glacier Larsen au cours des cinq dernières années. Au total, ces vents soufflent sur le territoire du glacier Larsen tous les deux trois jours en été et au printemps. De plus, ils pénètrent beaucoup plus loin à l'intérieur du continent que ce que les chercheurs avaient estimé plus tôt. Deux gros morceaux du glacier massif Larsen s'étaient déjà séparés de la partie continentale en 1995 et 2002 et « flottent » depuis dans la mer.

    Selon les auteurs de l'étude, les lacs et les cours d'eau douce provenant de la fonte que les vents chauds génèrent à la surface de la glace peuvent provoquer la formation de fissures géantes à sa surface. Les chercheurs estiment que c'est l'effet de foehn qui provoque une scission du glacier Larsen en trois parties à la fin du dernier et du début de ce siècle.

    Les scientifiques suggèrent que l'effet de foehn peut être le principal mécanisme de formation des centaines de rivières et de lacs d'eau de fonte qui ont été récemment trouvés par des caméras et des sondes de la NASA sur tout le territoire de l'Antarctique.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Pourquoi les scientifiques marchent contre Trump jusqu’en Antarctique
    Antarctique: le premier aérodrome chinois construit en 2018
    L'Antarctique aurait perdu sa glace à plusieurs reprises par le passé
    Un iceberg de la taille de Manhattan s’est détaché d’un glacier de l’Antarctique
    Tags:
    météo, fissure, chercheurs, science, réchauffement climatique, climat, fonte des glaces, Antarctique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik