Ecoutez Radio Sputnik
    la mer de Barents

    Des chercheurs prédisent une explosion géante en mer de Barents

    © Sputnik. Vladimir Astapkovich
    Sci-tech
    URL courte
    44771917

    Le fond de la mer de Barents ne ressemble pas du tout à la topographie d’autres bassins. Il est recouvert d’énormes «protubérances» qui pourraient exploser à tout moment en émettant une quantité considérable de méthane dans l’eau et dans l’atmosphère, selon la revue scientifique PNAS.

    Des chercheurs russes et internationaux de l'Université de Tromso, en Norvège, ont découvert des «protubérances» de grande taille au fond de la mer de Barents, près de l'île aux Ours, remontant à la période glaciaire, qui pourraient exploser à n'importe quel moment tout en libérant du méthane en grande quantité, a annoncé la revue scientifique PNAS.

    « Chaque année, nous venons voir ces dômes de peur qu'un d'entre eux se transforme en cratère, ressemblant à ceux déjà découverts dans d'autres région de la mer », a indiqué Pavel Serov, un des chercheurs en charge du projet à l'Université de Tromso.

    Et d'ajouter que ces structures, baptisées « éminences de gel », sont les dernières traces de la période glaciaire.

    D'autres cratères, trouvés par des spécialistes à la fin du siècle dernier, sont des trous de quelques centaines de mètres de diamètre et d'une profondeur d'une dizaine de mètres.

    Ils ont « fait leur apparition » il y a 12 000 ans après l'explosion du méthane gelé qui se trouvait dans les couches superficielles du sol.

    Les chercheurs craignent que ce processus ne soit pas terminé, et que d'autres explosions puissent avoir lieu à cause du réchauffement climatique.

    Lire aussi:

    Des bombardiers russes survolent les mers de Barents et de Norvège
    En mer de Barents, des navires et avions russes détruiront un sous-marin ennemi fictif
    La flotte du Nord prendra part aux exercices russo-norvégiens Barents
    Tags:
    explosion, méthane, cratère, période glaciaire, mer de Barents, Norvège, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik