Ecoutez Radio Sputnik
    Sommeil

    Une découverte sur l'insomnie qui vous redonnera enfin l'envie de dormir!

    CC0
    Sci-tech
    URL courte
    0 71

    L’homme contemporain est soumis à des pressions émotionnelles et intellectuelles, au stress et à l’anxiété. L’insomnie, cauchemar d’un grand nombre de mauvais dormeurs, est conventionnellement traitée comme un problème purement psychologique. Pourtant, les neurophysiologistes affirment que les gènes y sont pour quelque chose.

    Un groupe de scientifiques allemands, néerlandais et islandais a signalé que la psychologie ne pouvait pas expliquer l'insomnie et a découvert des gènes liés à cette pathologie. Un article publié dans la revue Nature Genetics dévoile les particularités de la recherche réalisée.

    Ayant étudié le génome de plus de 100 000 volontaires, les neurophysiologistes ont découvert sept versions de gènes différentes dans les trois parties provoquant l'insomnie.

    Selon l'auteur principal de la recherche Eus J W Van Someren, de l'Institut néerlandais des recherches neurologiques (Amsterdam), c'est la première fois que l'influence des gènes sur l'insomnie est démontrée. Le scientifique espère que cette connaissance permettra de développer de nouveaux médicaments contre les pathologies du sommeil.

    Conclusion inattendue des chercheurs: des versions différentes de gènes sont liées à l'insomnie féminine ou masculine. Les scientifiques estiment que cela pourrait signifier que les problèmes de sommeil des femmes ou des hommes s'expliquent par des mécanismes physiologiques différents.

    Lire aussi:

    Voici les plus grands dangers du manque de sommeil
    L’objectif principal du sommeil enfin établi
    La Russie annonce avoir repoussé une attaque terroriste contre sa base militaire en Syrie
    Madonna et les candidats islandais sortent un drapeau palestinien lors de l’Eurovision en Israël (images)
    Tags:
    insomnie, sommeil, découverte, étude, chercheurs, Islande, Pays-Bas, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik