Ecoutez Radio Sputnik
    Pourquoi se couper d'internet est-il stressant pour l'organisme?

    Pourquoi se couper d'internet est-il stressant pour l'organisme?

    CC0 / Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    126

    Se couper brusquement d'internet peut susciter un sentiment d'anxiété, faire monter le rythme cardiaque et la pression. Selon les chercheurs italiens et britanniques qui sont parvenus à cette conclusion, ces symptômes peuvent être l'une des raisons pour lesquelles les individus veulent passer de plus en plus de temps dans la réalité virtuelle.

    Un groupe de chercheurs britanniques et italiens a découvert comment une coupure d'internet se reflétait sur la physiologie de l'homme. Il n'est pas question d'un soudain dysfonctionnement du réseau mais d'une situation très répandue quand, pour une raison quelconque, les utilisateurs doivent d'urgence s'éloigner de leur ordinateur. D'après les experts, dans cette situation les personnes habituées à passer leur temps sur internet quotidiennement sont sujettes à une hausse de la pression et du rythme cardiaque.

    Les spécialistes des universités de Swansea et de Milan ont invité 144 volontaires reconnaissant utiliser internet de manière excessive à participer à une expérience: les sujets avaient entre 18 et 33 ans, et passaient entre 3 et 9 heures par jour sur internet — essentiellement sur les réseaux sociaux et les magasins en ligne. Un groupe témoin constitué de personnes qui utilisent bien moins souvent internet a également participé à cette étude.

    Avant le début de l'expérience, les chercheurs ont mesuré le rythme cardiaque et la pression des sujets, après quoi les volontaires sont allés surfer sur internet comme à leur habitude. 15 minutes plus tard, il a été demandé aux participants de se déconnecter, et moins de deux minutes après leur pression et rythme cardiaque ont été mesurés. En moyenne, les résultats dépassaient de 3-4% les chiffres d'avant la session en ligne, et dans certains cas la différence était de 100%.

    "On savait déjà que les personnes accrocs aux gadgets reconnaissaient éprouver de l'anxiété sans eux. Mais nous remarquons pour la première fois que ces émotions s'accompagnent de changements physiologiques", a déclaré le professeur Phil Reed de l'université de Swansea, directeur de la recherche.

    Les scientifiques comparent ces changements avec les réactions physiologique et émotionnelle de l'organisme humain au refus de consommer certains produits ou substances provoquant une addiction.

    "Internet est peut-être utilisé comme un moyen de réduire le stress ou de l'éviter, ainsi qu'un moyen de lutter contre l'anxiété à cause d'événements dans la vie privée, mais cette dernière peut également être provoquée par la déconnexion de l'internet, concluent les experts. Cette théorie basée sur les données psychologiques est également appuyée par les changements de l'état physiologique après une coupure de session en ligne: ceux qui affichent une plus forte addiction à l'usage d'internet et des changements notables de l'état physiologique après la déconnexion montrent une hausse d'anxiété et de mauvaise humeur."

    Les chercheurs pensent que les changements physiques et émotionnels constatés lors des tests sont l'une des raisons qui poussent les gens à passer de plus en plus de temps sur internet. L'influence d'internet sur la vie n'est toutefois pertinente que pour les pays développés.

    De plus, cette expérience a posé aux chercheurs une autre question: comment l'interruption de la consultation de sites sur internet et les changements de rythme cardiaque et de pression qui s'en suivent affectent-ils la santé de l'homme à long terme?

    Lire aussi:

    Comment les «likes» sur Facebook nuisent à votre santé et à votre silhouette
    Écrans ou drogues? Les jeunes Français choisissent le premier
    L'internet-dépendance, un indicateur de troubles psychiques?
    Les réseaux sociaux provoquent un vieillissement prématuré
    Tags:
    physiologie, chercheurs, homme, santé, Internet
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik