Ecoutez Radio Sputnik
    champignons

    Les champignons, ancêtres d'Internet?

    CC0 / pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    0 81

    Les champignons sont plus âgés que les premiers hommes d'environ un milliard d'années et sont apparus sur notre planète bien avant les premiers vertébrés. Les chercheurs admettent aujourd'hui que les champignons sont apparus à partir d'organismes unicellulaires primitifs incolores flagellés vivant dans l'eau.

    Mais qui étaient exactement ces ancêtres de champignons? Des plantes ou des animaux? On l'ignore encore. De la même manière qu'on peut difficilement rattacher aujourd'hui les champignons à une classe biologique. Au début du XXe siècle les champignons étaient considérés comme des plantes, mais aujourd'hui on les classe comme une forme intermédiaire plus proche des animaux.

    Pourquoi cette catégorisation? D'aspect, les champignons ressemblent en effet à de petits arbres car ils ne bougent pas, mais à l'intérieur ils sont plus proches de nous. Les signes sont nombreux: biochimiques, phylogénétiques, on sait aussi que les parois cellulaires des champignons contiennent de la chitine comme les insectes et qu'ils secrètent de l'urée — ce qui se produit seulement chez les animaux. De plus, pour se reproduire les champignons disposent d'un flagelle qui ressemble à un spermatozoïde humain. Aujourd'hui qu'il est possible d'analyser le génome, les scientifiques classent les champignons encore plus du côté des animaux.

    Il y a un milliard d'années, quand la surface de la planète abritait seulement des vers de terre et des insectes sans ailes, les champignons avaient déjà créé leur internet: un dispositif de transmission de l'information biologique. Pour cela ils avaient propagé partout sur la planète un réseau d'hyphes — des filaments végétatifs nécessaires à l'absorption d'eau et de substances nutritives. Naturellement, certaines plantes se sont «offusquées» car les champignons leur prenaient leur place sous le soleil. Mais les champignons ont alors proposé un nouveau type de coopération: une symbiose, plus exactement des "housses" pratiques pour les racines — la mycorhize — grâce auxquelles les autres plantes bénéficiaient d'un avantage: non seulement elles étaient protégées contre le dessèchement mais pouvaient également absorber les substances nutritives nécessaires via le réseau d'hyphes.

    Bien sûr, c'est métaphorique. Les plantes, comme les champignons, ne peuvent pas raisonner et tirer des conclusions sur leurs profits. Mais l'évolution a trouvé une version qui convenait à tous les types de vie coexistant alors.

    L'histoire des champignons connaît également ses exploits: par exemple, des champignons géants qui ont atteint 8 mètres et demi de hauteur que les chercheurs ont appelé les prototaxites. En imaginant le Dévonien (il y a 419-358 millions d'années) et les immenses champignons de 8 mètres s'élevant au-dessus des forêts denses (d'un mètre à peine), avec en-dessous un système d'internet ramifié, ne pense-t-on pas aux actuelles tours de communication? Les fossiles des prototaxites retrouvés ne laissaient pas les paléontologues tranquilles.

    Les premières formations géantes ont été trouvées et décrites par le géologue canadien John William Dawson en 1857, qui pensait qu'il s'agissait d'un fossile de taxus pourri: c'est pourquoi il l'a nommé Prototaxite. Puis les chercheurs ont convenu qu'il s'agissait d'une algue géante, mais ils ne comprenaient pas la présence d'anneaux sur la coupe de la tige. S'agissait-il d'anneaux de croissance? Mais ils ne ressemblaient pas du tout aux cernes d'arbres — plutôt à des tubes dirigés vers l'intérieur.

    C'est seulement récemment que Francis Hueber du National Museum of Natural History de la Smithsonian Institution, après avoir analysé les coupes de nombreux exemplaires de prototaxites de différents pays, a prouvé qu'il s'agissait d'un champignon. Toutefois, il pourrait encore s'agir de lichen (mélange de champignon et d'algue).

    L'Univers
    © Photo. ESO/J. Emerson/VISTA. Acknowledgment: Cambridge Astronomical Survey Unit
    On s'imagine depuis combien de temps les champignons «ont réglé» le problème de la formation de leur propre système de communication. De récentes expériences sur des tomates ont révélé que les champignons transmettaient les «informations» assez rapidement.

    Des chercheurs chinois ont réalisé une expérience sur des tomates connectées par un «réseau d'hyphe» et un groupe témoin où la mycorhize a été empêchée. Les scientifiques contaminaient une plante par un champignon, puis, 65 heures plus tard, en contaminaient une autre et observaient sa résistance à la maladie. Il s'est avéré qu'en présence d'une liaison d'hyphe la seconde plante était moins soumise à la maladie, et si elle était tout de même contaminée elle le supportait mieux que les tomates solitaires.

    L'information serait donc effectivement transmise? Cela dépend ce que l'on considère comme étant une information.

    Alexandre Kourakov, responsable de la chaire de mycologie et d'algologie à la faculté biologique de l'Université d'État Lomonossov de Moscou, explique:

    «En effet, les plantes sont très liées entre elles par les mycorhizes, par exemple dans la biocénose forestière où l'on retrouve orchidées, pyrolacées, boisées et herbacées… Elles peuvent échanger des substances nutritives, de l'eau et envoyer des signaux. Elles peuvent également le faire. Mais c'est tout en termes d'informations échangées. Je qualifierais la mycorhize de nouvelles opportunités. Comme une personne qui s'assoit dans une voiture et peut rapidement se déplacer, c'est-à-dire qu'il acquiert de nouvelles capacités. Alors que grâce à la mycorhize une plante, par exemple, devient résistante au dessèchement. Mais rien de plus.»

    Lire aussi:

    Un drone-magasin? Bienvenue dans cette boutique du futur sans vendeurs
    Satellites et produits d’épicerie fine pour les astronautes: un cargo s’arrime à l’ISS
    Le cerveau humain capable de voir la réalité en 11 dimensions
    Une découverte sur l'insomnie qui vous redonnera enfin l'envie de dormir!
    Tags:
    champignons, Internet
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik